Ernest d’Hervilly

in La République des Lettres, 24 septembre 1876


Le Bouchon


À Ph. Burty
Dunkerque, 1875


Sur la plage où les flots, bouleversés hier,
Viennent fougueusement jeter avec leur charge
D’écumes, de varechs et d’étoiles-de-mer,
Les informes débris des naufrages du large ;
 
Sur la plage déserte où siffle le Nordet,
J’aperçois à côté d’un monceau d’astéries,
Une épave qu’ici, certes, nul n’attendait :
C’est un bouchon encor teint de couleurs fleuries;
 
Un bouchon mince et long, un cylindre parfait
De beau liège sans trous, à cire incarnadine.
Et tel que pour un temps en avale en effet
Ton gosier de cristal, bouteille girondine.
 
Oui, c’est bien le bouchon d’un flacon bordelais,
Flacon qu’aux jours de fête, en riant, on débouche !
Le verre s’est brisé contre les durs galets,
Mais le liège survit, rose comme une bouche.
 
Rose comme la lèvre où le bon vin passa
Est resté le bouchon de la fine bouteille,
Dont le goulot, chanteur harmonieux, versa
Cette chanson qui plaît à la plus rude oreille.
 
Mais ces lèvres, hélas, qui bûrent sur la mer
Le Claret généreux, ne sont-elles pas closes
À jamais, maintenant, dans ce liquide amer
Où tu les précédas, Bouchon aux contours roses?
 
Cet hiver fut affreux. — Sans doute, de ceux là
Qui formaient de joyeux projets dans leur cabine,
Le verre en main, soudain le vieux bateau coula.
Le destin brise ainsi ce que l’homme combine.
 
Ce bouchon ne fut pas jeté par-dessus bord
Un matin, par le cook en faisant sa cuisine.
C’est après un naufrage, et la nuit, — sombre sort,
Que s’échoua ce liège à la rouge résine.
 
Ô morts ! Rien n’est resté de votre léger brick,
Sauf ce bouchon rougi que ramasse un touriste !
Et tel Harnlet tenant le crâne d’Iorik,
Je l’interroge, seul, sur cette plage triste....
 
Allons donc ! allons donc ! pourquoi ce rêve noir ?
Parce que le Nordet siffle, froid et lugubre,
Dans les dunes au loin, parce que vient le soir,
Un roman larmoyant dans l’esprit s’élucubre ?
 
Allons donc ! allons donc ! chasse cela, mon cœur;
Non, ces braves garçons sont vivants sous leurs vergues !
L’embrun les a salés, mais ils chantent en chœur
Les filles de Mardick, de Dunkerque ou de Bergues.
 
Hardi ! l’œil au bossoir ! — Ils en déboucheront
Plus d’une encore, allez, et je le leur souhaite,
Le dimanche, d’un coup de pouce, habile et prompt,
Au nez de l’Océan que rase la mouette !
 
All Right! — Avant d’errer, tout nus, sur des radeaux,
Et d’être enfin mangé par les plates limandes,
Ah ! qu’ils en tariront de fioles de Bordeaux,
En croquant des Biscuits-Albert et des amandes !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : À Viаndеn

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Éсhо dе lа саvеrnе

Vеrhаеrеn : Lе Vеnt

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Vеrlаinе : «Lе sоlеil du mаtin dоuсеmеnt сhаuffе еt dоrе...»

Hugо : «Τоus lеs bаs âgеs sоnt épаrs...»

Саrсо : Ρlаintе

Μоréаs : «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...»

Viviеn : Сhаir dеs сhоsеs

☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Lаfоrguе : Lеs Αmоurеuх

Rоnsаrd : «Dеdаns lеs flоts d’Αmоur је n’аi pоint dе suppоrt...»

Νоаillеs : Lа Сité nаtаlе

Sаintе-Βеuvе : «Dаns l’îlе Sаint-Lоuis, lе lоng d’un quаi désеrt...»

Соppéе : Lа Fаmillе du mеnuisiеr

Riсhеpin : Dаb

Klingsоr : Lе Ρоmmiеr tоrdu

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Οrléаns : «Ρlus pеnsеr quе dirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus qui аuх bоis, аuх flеuvеs, аuх саmpаignеs...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Lе rоу s’еn еst аllé...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Lа plus bеllе dеs trоis sеrа...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Jаdis sur Lа Rоnсе еt lе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Villаnеllе du vеr dе tеrrе (Rоllinаt)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе