Ernest d’Hervilly

Le Harem


À la Lousiane



Sous l’azur enflammé le vieux Mississipi
          Fume. — Il est midi. — Les tortues
Dorment. Le caïman aux mâchoires pointues
          Bâille, dans le sable accroupi.
 
Les cloches ont sonné le breakfast dans la plaine ;
          Et l’on n’aperçoit plus, là-bas,
Dans les cannes à sucre et dans les verts tabacs,
          Les nègres aux cheveux de laine.
 
Tandis que sur les champs où gisent les paniers
          Des noirs étendus dans leurs cases,
Le soleil tombe droit et dessèche les vases
          Nourricières des bananiers,
 
Chez Jefferson and C°, dont le coton, par balles,
          Gorge Le Havre et Manchester,
On siffle le petit Africain Jupiter,
          Un rejeton de cannibales !
 
Jupiter, négrillon vorace et somnolent,
          Qui chérit l’éclat blanc du linge,
Un large éventail jaune entre ses doigts de singe,
          S’avance d’un pas indolent.
 
Or, préférant, selon toutes les conjectures,
          La cuisine à la véranda,
Il évente, rêveur, sa maîtresse Tilda,
          En digérant des confitures.
 
Et, cependant qu’il suit de son gros œil d’émail
          Les zigzags sans fin d’une mouche,
L’ivoire de ses dents brille au bord de sa bouche,
          Entre deux croissants de corail.
 
Un jour discret emplit la véranda tranquille,
          Filtré par les feuillages verts ;
Les stores de rotin au hasard entrouverts
          Laissent passer des fleurs par mille.
 
Nul bruit. — L’éventail bat l’air tiède et parfumé
          Avec un soupir monotone ;
Un griffon de Cuba, muet, se pelotonne
          Ou s’étire, ingrat trop aimé !
 
Deux splendides aras, de leur perchoir d’ébène
          Lancent, assoupis, des clins d’yeux
Sur l’enfant noir, objet de leur secrète haine,
          Et sur le Havanais soyeux.
 
Un macaque chéri, jeune mais blasé, grave
          Comme au Sénat le Président,
Crève, plein d’insolence, et du bout de la dent,
          La peau jaune d’une goyave.
 
Au-dehors les crapauds se taisent dans les joncs
          Mystérieux des marécages.
Les moqueurs alanguis ont cessé dans leurs cages
          De contrefaire les pigeons.
 
Miss Tilda Jefferson, une enfant paresseuse,
          Paresseuse créolement,
Abandonne son corps au tangage charmant
          Et doux de sa large berceuse ;
 
Elle est pâle, très pâle, avec des cheveux bruns,
          Dans son peignoir de mousseline.
On voit à la blancheur de l’ongle à sa racine
          Que son sang noble est pur d’emprunts.
 
Le balancin de canne où miss Tilda repose
          Obéit à son poids léger ;
La chère créature au doux nom étranger
          À l’oreille porte une rose.
 
Sa suivante Euphrasie, en madras jaune et bleu,
          Aux grosses lèvres incarnates,
Rit, sans savoir pourquoi, dans un coin, sur les nattes,
          Humant sa cigarette en feu.
 
Miss Tilda Jefferson fait la sieste ; elle rêve ;
          Elle pense à son doux ami ;
Ses admirables yeux sont fermés à demi
          Son nègre l’évente sans trêve.
 
L’œil clos, miss Tilda suit Davis Brooks, son amant,
          Sur les houles de l’Atlantique,
Tandis que Jupiter, harcelé d’un moustique,
          La contemple piteusement.
 
Elle voit son Davis, tête hâlée et fière,
          Sur le pont du schooner « The Fly »,
Qui fume, accoudé sur l’habitacle poli,
          En casquette à longue visière ;
 
Le schooner roule et tangue, et ses mâts gracieux
          Jettent leur ombre sur les lames,
Et l’ombre des huniers, des espars et des flammes...
          Davis Brooks paraît soucieux.
 
Miss Jefferson sourit — (le fin navire lofe
          Et s’éloigne), — ses doigts mignons
S’agitent faiblement, délicats compagnons
          Du sein qui tremble sous l’étoffe.
 
Ainsi, sur l’Océan, où croise son amour,
          La blanche miss Tilda s’égare,
À laquelle ce soir, en brûlant un cigare,
          Trente planteurs feront leur cour.
 
Mais, hélas ! insensible à tant de poésie,
          Jupiter pousse un cri plaintif,
Et dans son coin obscur, toujours sans nul motif,
          Rit la mulâtresse Euphrasie.
 
Autour d’eux le chien blanc, les perroquets pourprés
          Et le singe roux, tout sommeille ;
Le vent qui passe apporte, avec un bruit d’abeille,
          L’odeur des ananas dorés.
 
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе