Heredia

Les Trophées, 1893


Lupercus


 

                  M. Val. Martialis Lib. I, Epigr. CXVIII.


Lupercus, du plus loin qu’il me voit : — Cher poète,
Ta nouvelle épigramme est du meilleur latin ;
Dis, veux-tu, j’enverrai chez toi demain matin,
Me prêter les rouleaux de ton œuvre complète ?
 
— Non. Ton esclave boite, il est vieux, il halète,
Mes escaliers sont durs et mon logis lointain ;
Ne demeures-tu pas auprès du Palatin ?
Atrectus, mon libraire, habite l’Argilète.
 
Sa boutique est au coin du Forum. Il y vend
Les volumes des morts et celui du vivant,
Virgile et Silius, Pline, Térence ou Phèdre ;
 
Là, sur l’un des rayons, et non certe aux derniers,
Poncé, vêtu de pourpre et dans un nid de cèdre,
Martial est en vente au prix de cinq deniers.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 16 novembre 2015 à 11h18

Jardin discret
---------------

Un carré de sinople, un jardin de poète,
On peut y consulter de vieux textes latins ;
L’ermite à barbe blanche y vient, chaque matin,
Pour retrouver Martial en ses oeuvres complètes.

L’ermite ne croit pas ces pages obsolètes ;
Il voit du charme aux mots venant d’un temps lointain,
De la beauté au sens qui devient incertain,
Où parfois, une image étrange se reflète.

Les livres qu’aujourd’hui chaque libraire vend
Sont, il est vrai, produits par des auteurs vivants,
Mais ont-ils les vertus de ce vieux satiriste ?

Martial en son jardin, comme dans un grenier,
Nous offre pour toujours son livre à cinq deniers ;
Tout un jour avec lui, pour moi, ce n’est pas triste !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Porcus Cum Libro le 8 novembre 2018 à 20h22

Citation de Martial :


« Ōccūrrīs quŏtĭēns, Lŭpērcĕ, nōbīs,
"Vīs mīttām pŭĕrūm" sŭbīndĕ dīcīs,
"cuī trādās ĕpĭgrāmmătōn lĭbēllūm,
lēctūm quēm tĭbĭ prōtĭnūs rĕmīttām".
Nōn ēst quōd pŭĕrūm, Lŭpērcĕ, vēxēs.

Lōngum ēst, sī vĕlĭt ād Pĭrūm vĕnīrĕ,
ēt scālīs hăbĭtō trĭbūs sĕd āltīs.
Quōd quaērīs prŏpĭūs pĕtās lĭcēbīt.
Ārgī nēmpĕ sŏlēs sŭbīrĕ Lētūm:
cōntrā Caēsărĭs ēst fŏrūm tăbērnă


scrīptīs pōstĭbŭs hīnc ĕt īndĕ tōtīs,
ōmnīs ūt cĭtŏ pērlĕgās pŏētās.
Īllīnc mē pĕtĕ. Nēc rŏgēs Ătrēctūm -
hōc nōmēn dŏmĭnūs gĕrīt tăbērnaē: -
dē prĭmō dăbĭt āltĕrōvĕ nīdō

rāsūm pūmĭcĕ pūrpŭrāquĕ cūltūm
dēnārīs tĭbĭ quīnquĕ Mārtĭālēm.
"Tāntī nōn ĕs" ăīs? Săpīs, Lŭpērcĕ. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 novembre 2018 à 20h49

Le reflet d’un reflet
-----------------------

-- Comte rhinocéros, seriez-vous un poète ?
Je vous ai vu chez vous, déchiffrant du latin,
Debout sur un miroir, dans le petit matin,
Où très distinctement votre corps se reflète.

-- Je ne cultive pas cette langue obsolète ;
Moi-même,je ne suis qu’un mirage lointain
Dont tu vois seulement deux reflets incertains,
Et ta vision, d’ailleurs, n’en est jamais complète.

-- Comte rhinocéros, seriez-vous fait de vent ?
Vous m’apparaissez bien comme un être vivant,
Et non comme l’éclat qui charme un coloriste.

-- C’est ce miroir que j’ai trouvé dans mon grenier :
Mon ancêtre romain dit-on, pour cinq deniers,
L’a fait ensorceler par le druide Évariste.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur Αu sеignеur Сhristоphlе Ρlаntin (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βlаnсhе Νеigе (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе