Anthony Hamilton


Rondeau redoublé


 
Par grand bonté cheminaient autrefois
Preux chevaliers, couverts de fine armure,
Ores par monts, ores parmi les bois,
Redressant torts, et défaisant injure,
 
Trouvaient par cas horions, meurtrissure ;
Par cas aussi, sur fringants palefrois,
Dames près d’eux, friandes d’aventure,
Par grand bonté, cheminaient autrefois.
 
Toujours mettaient amour dessous leurs lois,
Jeunes beautés de bénigne nature ;
Et voyait-on bien reçus chez les rois
Preux chevaliers, couverts de fine armure.
 
Méshui s’en vont, mis en déconfiture,
Soulas déduits ; et la gent à pavois
Plus ne s’ébat à coucher sur la dure,
Ores par monts, ores parmi les bois.
 
Princesse, en qui le ciel met à la fois
Esprit sans fin, et grâces sans mesure,
Vous seule allez du vieux temps aux abois
Redressant torts, et défaisant injure,
    Par grand bonté.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 25 juin 2016 à 15h12

Château de l’ondin
---------------------

C’est le manoir où vécut autrefois
Le bel ondin, sans armes, sans armure,
Se nourrissant de quelques fruits de ses bois ;
Il ignorait le mensonge et l’injure,

De pauvreté ne craignait meurtrissure,
Ni destrier n’avait, ni palefroi,
Ni ne partait en quête d’aventure,
Aimant Nature aux poétiques lois.

Maint chevalier mis en déconfiture
Trouva refuge, avec sabre et pavois,
Près de l’ondin, sur une couche dure,
Pris en pitié quand il fut aux abois.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 9 août 2021 à 14h04


À ta santé, vieux poète chinois
Qui te saoulais avec du vin de mûres ;
Levant ma coupe à la lune, je bois,
Et lis tes vers, que beaucoup d’autres lurent.
 
Le toit de paille, abritant ta masure
Face à l’abîme empli d’ombre et d’effroi,
N’est plus. Les monts cachent ta sépulture ;
À ta santé, vieux poète chinois.
 
Un cormoran s’esquisse quelquefois
Dans les vapeurs du fleuve qui murmure ;
La terre embaume, et je repense à toi
Qui te saoulais avec du vin de mûres.
 
Pas de méchoui, plutôt des confitures,
Du riz gluant, un peu de poulet froid,
Quelque racine en guise de verdure ;
Levant ma coupe à la lune, je bois.
 
Vieux sage, dont bruit encore la voix
Dans les ravins, les bambous, la ramure
Du pin rugueux sous lequel je m’assois...
Bon, j’ai fini, et te dis pour conclure :
       À ta santé.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Βеаuјеu : «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Sérénаdе

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Jаmmеs : Lе Dеuil du соnsеillеr muniсipаl

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Riсhеpin : Sоnnеt mоrnе

Siеfеrt : Αmоur

Τоulеt : L’Ιngénuе.

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : L’Ιngénuе.

Riсhеpin : Βеаuté mоdеrnе

Τоulеt : «Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе

Αpоllinаirе : Lе Hibоu

Viаu : «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...»

Vеrlаinе : Çаvitrî

Сrоs : À Μ. Hаussmаnn

Lingеndеs : Stаnсеs : «Соnnаissаnt vоtrе humеur, је vеuх biеn, mа Sуlviе...»

Hеrеdiа : Épigrаmmе vоtivе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...» (Βеаuјеu)

De Jаdis sur «Jе lе dis, l’égоïstе еst un аrbrе inutilе...» (Dеsсhаmps)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μеr dе Kуpris (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur «Αstrеs сruеls, еt vоus diеuх inhumаins...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sсhеvеninguе mоrtе sаisоn (Lаrbаud)

De Jаdis sur «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Lеs Νègrеs (Jаmmеs)

De Сurаrе- sur «J’étаis еn libеrté quаnd сеllе qui m’еngаgе...» (Lа Rоquе)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De Сhristiаn sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сhristiаn sur «Соmmе unе bеllе flеur аssisе еntrе lеs flеurs...» (Rоnsаrd)

De dеsfоrgеs sur Sуmphоniе inасhеvéе (Μilоsz)

De Ιо Kаnааn sur L’Éсhо (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz