Isaac Habert


Le portrait


 
Peintre, avant que d’oser portraire
Ma dame et de la contrefaire,
Élève ton esprit aux cieux,
Va là-haut apprendre des dieux
Et des déesses immortelles
Comme on peint les beautés plus belles,
Puis de ton délié pinceau,
Trace-moi dedans ce tableau
Cette beauté que tant je prise,
Et dont mon âme est tant éprise.
Sus donc, détrempe tes couleurs
Dans l’humeur tiède de mes pleurs,
Fais tout premier la belle tresse
À flocons d’or de ma maîtresse,
Que ses cheveux soient crêpelés,
Autour du front tords, annelés,
Laisse-les, si tu veux, descendre
En onde et sur son col s’épandre,
Si tu peux fais que dedans l’or
De son beau poil, l’on sente encor
L’odeur qu’a mise la nature
Dedans sa propre chevelure.
Fais qu’un nombre infini d’Amours
Y vole faisant mille tours,
Qu’à ses cheveux les uns s’attachent,
Les autres au-dedans se cachent,
Peins-moi la honte sur son front.
Près d’elle encore se verront
L’honneur, la chasteté, la gloire,
Fais que son front blanc comme ivoire
Rougisse peu, qu’il soit uni,
Sans nul sillon, tout aplani,
Qu’en polissure il soit semblable
Au luisant verre ou à la table
D’un beau marbre uniment lissé,
Ou au dos d’un fleuve glacé,
Ou tel qu’on voit l’azur de l’onde,
À l’heure que la mer profonde,
Sans vent dormante dans son lit,
Sa plaine liquide polit.
Fais son sourcil, et qu’il ressemble
Un arc d’ébène ; ne l’assemble
Avec l’autre ; qu’ils soient voûtés,
Et tout deux proprement entés
Sur ses yeux source de lumière,
Où ma pauvre âme est prisonnière.
Mais comment peindras-tu ses yeux ?
Peins-moi deux soleils gracieux,
Les seuls rois des cœurs et des âmes,
Tressaillant d’éclairs et de flammes
Où l’Amour recèle ses traits,
Ceux d’or dans celui plein d’attraits,
Ceux de plomb dedans le sévère ;
Pour Mars et l’autre pour sa mère.
Fais que ces deux soleils jumeaux
Surpassent les Astres plus beaux,
Que l’un soit doux, l’autre plein d’ire,
Voyant le doux qu’on puisse dire
Qu’il ne promet que joie au cœur,
L’autre que peine et que rigueur...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz