Isaac Habert



À la merci des vents, des flots, et de l’orage,
Je vogue sur la mer de peine et de douleur,
J’ai pour pilote amour, pour fanal le malheur,
Pour compagnon les pleurs, les regrets et la rage.
 
Les vents des espoirs vains m’éloignent du rivage,
L’Amour me vend aux vents et sous belle couleur
De me prêter son aide, il s’aide de la leur
Pour me rompre mon mât, ma voile et mon cordage.
 
Hélas ! puisque tu vois que ce pilote, au lieu
De me guider, m’abîme, et qu’il n’a foi de Dieu,
De pilote, ni d’homme, exauce ma requête.
 
Diane, venge-moi, lance-lui de tes yeux
Un trait aigu, meurtrier, cruel et furieux,
Lors surmonterons-nous Amour et la tempête.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 juin 2013 à 10h17


Il tomba, ce matin, si forte pluie d’’orage,
Qu’on eût cru voir verser des larmes de douleur
Aux nuages atteints de Dieu sait quel malheur,
Ou bien, qu’un contretemps les avait mis en rage.

La route, un océan aux humides rivages;
Le ciel, un bas plafond d’une obscure couleur.
L’orage de sa voix, les oiseaux de la leur
Interpellaient le monde en un rugueux tapage.

En voyant ce déluge, un vieux rhapsode, au lieu
D’en faire nul reproche aux diables ou à Dieu,
Au lieu de leur lancer d’incertaines requêtes,

Se contente d’errer en emplissant ses yeux
Du spectacle des eaux en torrents furieux.
L’air lui semble si doux, au coeur de la tempête !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 17 juin 2013 à 12h44

Que vienne encore un orage
et que j’oublie un peu mes douleurs
et que j’oublie même mes malheurs
d’entendre les cieux qui hurlent de rage.

Pour de plus beaux rivages,
pour de plus belles couleurs,
aux flots, aux champs il leur
faut un minimum de tapage.

      Au lieu
      où Dieu
      te quête,

      ses yeux
      furieux
      tempêtent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 août 2016 à 18h15

Hexacéphales
-----------------

Ils narguent les typhons et bravent les orages ;
Maîtres de leur plaisir, maîtres de leurs douleurs,
Ni les jours fatigants, ni les petits malheurs,
Ni l’ennui quotidien ne les mettent en rage.

On les voit piétiner aux humides rivages,
Se signalant de loin par leur claire couleur.
Les oiseaux de leur voix, ces monstres de la leur
Célèbrent les beaux jours en un joyeux tapage.

Devant un contretemps, ces fiers routards, au lieu
D’en incriminer l’homme, ou le sort, ou les dieux,
Gardent un doux silence et poursuivent leur quête.

La sagesse d’antan, je la vois dans leurs yeux
Dont jamais ne surgit un regard furieux,
Maîtres de jours d’été, maîtres de la tempête.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 août 2017 à 12h04

Marcheur anonyme
--------------------------

Le vagabond sans nom traverse un temps d’orage,
Il sait qu’un inconfort n’est pas une douleur,
Il sait que les ennuis ne sont pas des malheurs,
Que même par ce temps, le ciel n’a point de rage.

De plusieurs lointains lacs, il connaît les rivages,
Où l’eau prenait parfois de splendides couleurs ;
Le chemins ont leur loi, les grands lacs ont la leur,
Ce sont des vérités qu’on reçoit sans tapage.

Devant un contretemps, ce vieux routard, au lieu
D’imaginer soudain la malice d’un dieu,
Garde le plus grand calme et commence une enquête.

La sagesse précaire, elle est là, dans ses yeux
Dont parfois je saisis un regard curieux :
Car alors, il s’enquiert de la prochaine fête.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 mai 2019 à 19h01

L’apôtre Coquillard
----------

Il n’a point le talent de prévoir les orages
Mais peut, d’une parole, apaiser la douleur ;
Cet apôtre n’est pas un oiseau de malheur,
Son verbe est plus vaillant que force ni que rage.

Dans Babylone, il a prié sur les rivages
Et l’encre sous sa plume a diverses couleurs ;
Les buveurs du quartier le voient comme un des leurs
Car à la tavernière il parle sans tapage.

Cet apôtre est subtil : il nous raconte, au lieu
De la réalité d’un évanescent dieu,
Celle des inspirés qui s’en vont à sa quête.

Je trouve une sagesse au reflet de ses yeux
Qui de nombreuses fois m’ont permis de voir mieux :
Ce lumineux apôtre, il vaut tous les prophètes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz