Harlette Hayem-Gregh

(1881-1958)

D’autrеs pоèmеs :

Jеunеs fillеs

Ιntimité

 

 

Harlette Hayem-Gregh

Jeunesse, 1907


Invocation


 
Ô mon enfant ! Ô toi qui vis en moi peut-être,
Incertain, et si vague, et déjà mon enfant !
Ma tendresse, tremblante et grave, te défend,
Et veut n’avoir vécu que pour te voir paraître...
 
J’ai senti dans ma chair, à son tour asservie,
Deux races susciter le grand miracle humain ;
Le joug délicieux, et neuf à chaque hymen,
M’a révélé le sens et l’ordre de la vie.
 
Je fais l’acte divin de créer, je suis femme,
Tout l’avenir du monde est dans mes flancs meurtris ;
Ô mon enfant, en toi les destins sont inscrits,
Le fruit des temps nouveaux est en fleur dans ton âme !
 
Moi je ne sais encor que mon amour précoce,
Qui te suit dans la nuit et les feux du matin.
Épiant s’il se forge aux chantiers du destin
Des actes de beauté dédiés à ta force.
 
Je ne sais si tes doigts sauront filer la laine,
Ou soutenir un front par le rêve alourdi,
Cher enfant, ni dans l’or du foyer attiédi
Quel espoir hantera ton cœur, ou quelle peine.
 
Qu’importe, peine ou joie, inépuisable sève,
Mon amour maternel te sera dévoué :
Si, quelque jour, le sort hasardeux t’a joué,
Je t’aimerai pour ceux qui tromperont ton rêve.
 
Cher enfant, je t’évoque en des temps que j’ignore,
Mais, quel que soit l’aspect où mon songe te voit,
Toujours plus fermement je me dévoue à toi,
Et toujours davantage, et davantage encore...
 
Et, d’une âme instinctive, et seconde à seconde,
Comme mon grand amour lui-même, ô mon enfant !
Je t’aime, avec un cœur profond et triomphant,
Ainsi que Dieu d’avance aurait aimé le monde !
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

☆ ☆ ☆ ☆

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sеd nоn sаtiаtа (Βаudеlаirе)

De Сhristiаn sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur Νаturе pаrisiеnnе (Gаlоу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rishi (Μénаrd)

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz