Harlette Hayem-Gregh

(1881-1958)

D’autrеs pоèmеs :

Jеunеs fillеs

Ιntimité

 

 

Harlette Hayem-Gregh

Jeunesse, 1907


Invocation


 
Ô mon enfant ! Ô toi qui vis en moi peut-être,
Incertain, et si vague, et déjà mon enfant !
Ma tendresse, tremblante et grave, te défend,
Et veut n’avoir vécu que pour te voir paraître...
 
J’ai senti dans ma chair, à son tour asservie,
Deux races susciter le grand miracle humain ;
Le joug délicieux, et neuf à chaque hymen,
M’a révélé le sens et l’ordre de la vie.
 
Je fais l’acte divin de créer, je suis femme,
Tout l’avenir du monde est dans mes flancs meurtris ;
Ô mon enfant, en toi les destins sont inscrits,
Le fruit des temps nouveaux est en fleur dans ton âme !
 
Moi je ne sais encor que mon amour précoce,
Qui te suit dans la nuit et les feux du matin.
Épiant s’il se forge aux chantiers du destin
Des actes de beauté dédiés à ta force.
 
Je ne sais si tes doigts sauront filer la laine,
Ou soutenir un front par le rêve alourdi,
Cher enfant, ni dans l’or du foyer attiédi
Quel espoir hantera ton cœur, ou quelle peine.
 
Qu’importe, peine ou joie, inépuisable sève,
Mon amour maternel te sera dévoué :
Si, quelque jour, le sort hasardeux t’a joué,
Je t’aimerai pour ceux qui tromperont ton rêve.
 
Cher enfant, je t’évoque en des temps que j’ignore,
Mais, quel que soit l’aspect où mon songe te voit,
Toujours plus fermement je me dévoue à toi,
Et toujours davantage, et davantage encore...
 
Et, d’une âme instinctive, et seconde à seconde,
Comme mon grand amour lui-même, ô mon enfant !
Je t’aime, avec un cœur profond et triomphant,
Ainsi que Dieu d’avance aurait aimé le monde !
 

©  

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz