Albert Glatigny

Le Fer rouge, nouveaux châtiments, 1870


Le Retour


 
C’est toi, chère exilée ! Oh ! Laisse que j’adore
Ta figure divine où rayonne l’aurore,
Ô république, amour vivace de nos cœurs !
La fosse où, dix-huit ans, de sinistres vainqueurs
T’ont murée, est ouverte, et tu viens, souriante,
Claire étoile aux rayons de qui tout s’oriente !
Les tombeaux ne t’ont rien laissé de leur pâleur ;
Tu viens la lèvre fière et le visage en fleur,
Tes beaux cheveux au vent, comme en quatre-vingt-douze,
Dire au monde : « ouvre-moi tes bras, je suis l’épouse,
Je suis la fiancée ! Aimons-nous ! Nous allons
Par le bois, par la plaine et par les noirs vallons
Épouvanter encor ceux qui me croyaient morte.
Nous allons retrouver la France libre et forte,
Dont le regard, hâtant les lenteurs du berceau,
En tirait ces enfants sacrés, Hoche et Marceau !
Les rois font leur métier en vendant la patrie ;
Nous la leur reprendrons, toujours belle, inflétrie.
Nous balaierons encor ces louches majestés,
Ces demi-dieux poussahs, aux doigts ensanglantés,
Qu’on appelle césars, rois, empereurs, que sais-je ?
Le sol redeviendra vierge comme la neige
Des glaciers éternels, partout où nous aurons
Fait retentir le chant triomphal des clairons !
Oh ! Lorsqu’on entendra mon rire de gauloise,
Ce rire dont l’éclat printanier apprivoise
Les lions du désert, comme l’espoir joyeux
Rentrera dans les cœurs sombres et soucieux,
Et comme on redira follement sous les chênes :
Les tyrans sont vaincus, l’homme n’a plus de chaînes ! »
Oui, c’est toi ! C’est ta voix pure qui, ce matin,
A réveillé l’écho de son timbre argentin.
Oh ! Je doutais ! En proie à l’angoisse mortelle ;
Nous demandions depuis si longtemps : « viendra-t-elle ? »
Hélas ! Nous t’attendions si désespérément,
Que nous disions : « encore un songe qui nous ment ! »
C’était bien toi pourtant, république, ô guerrière !
Qui nous apparaissais dans un flot de lumière.
Tu savais ton pays presque désespéré ;
Alors, brisant du poing le sépulcre effaré
Qu’avait fermé sur toi la main d’un bandit corse,
Tu surgis dans ta grâce auguste et dans ta force,
En criant : « me voici ! Peuple, espère et combats ! »
Va, nous te garderons ! Va, si tu succombas
Pour avoir, dans ta foi divinement sincère,
Pensé qu’un prince peut n’être pas un corsaire,
Qu’un serment est sacré, que l’honneur luit pour tous,
Sois tranquille, à présent nous prendrons garde à nous.
Te voilà revenue. Il suffit. Qu’on te voie
Encor, encor, toujours, messagère de joie !
Que mon regard s’enivre à force de te voir !
Rappelle-nous les mots presque oubliés : devoir,
Liberté, dévouement, amour, paix et concorde.
Ô bonheur du retour ! Comme le cœur déborde,
Et comme l’air se teint d’azur, de pourpre et d’or !...
Ô république ! Si Barbès vivait encor !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Fuis lе јоur, dеmеurе сасhé...» (Μауnаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе