André Gill

La Muse à Bibi, 1880


Nocturne


 
Bon sens d’bon Dieu ! fait-i’ un vent !
J’fais pas quat’ pas l’un l’aut’e d’vant.
 
J’arriv’rai jamai’ à Montrouge.
Qué sal’ vent ! C’est pas c’ que j’ai bu :
J’ai rien bu ; ça m’est défendu ;
J’ peux boir’ qu’avec Alphonse l’ Rouge.
 
Zinguer tout seul, c’est pas mon blo’
Qui ça ? Joseph el’ machinisse,
Un homme d’ théât’, un artisse,
Boir’ tout seul ? – Oh ! la la. – Tableau !
 
Tiens ! Piges-tu la lun’ qui s’ ballade ?
Qué qu’a boit donc, c’te bourriqu’-là
Pour avoir la gueul’ blanch’ comme ça ?
Y a pas d’ bon sens ; vrai, qué panade !
 
Si j’y payais un lit’ ! – Tableau !...
Un peu plus longue, un peu moins ca’me,
On dirait la gueule à ma femme ;
C’est tout craché... sauf el’ bandeau
 
Qu’a s’ coll’ chaqu’ fois su’ l’ coin d’ la hure
Après qu’ nous nous somm’s expliqués.
C’est pas qu’ j’aim’ y taper dans l’ nez ;
J’haï ça ; c’est cont’ ma nature.
 
Mais pourquoi qu’a m’ fait des ch’veux gris ?
Faudrait qu’ j’y fout’ l’argent d’ mes s’maines.
J’ai beau y coller des châtai’nes,
A r’pique au tas tous les sam’dis.
 
Qu’a pleur’, qu’a rigol’, c’est tout comme ;
Sûr ! j’y foutrai pas un radis.
« T’as qu’à turbiner, comm’ j’y dis,
« J’travaill’ ben, moi qui suis un homme ! »
 
« J’ trouv’ pas d’ouvrag’ » qu’all’ me répond.
Et puis tous les ans c’est un gosse ;
Qué pondeuse ! En v’là d’un négoce,
C’est épatant ! A pond ! a pond !
 
J’en ai mon sac, moi, d’ mon épouse ;
Mince d’ crampon ; j’y trouv’ des ch’veux,
C’est rien de l’ dire. C’ que j’ me fais vieux !
Par là-d’sus madame est jalouse !
 
              Il chante :
 
« Je n’ai gardé dans mon malheur
« Que la moitié d’une hirondelle... »
En v’là n’encor’ d’un’ ritournelle :
Delphin’ jalous’ ! – Tais-toi, mon cœur !...
 
Trois heur’s qui sonn’nt ! Faut que j’ rapplique
S’rait pas trop tôt que j’ pionce un brin ;
C’ que j’ vas m’ fout’ un coup d’ traversin !
Bonsoir. À d’main la politique.
 
Où donc que j’ suis ? Par où que j’ vas ?
Tableau du coup qu’ Joseph s’égare !...
V’là l’ Pont-Neuf, j’ parie un cigare ;
C’est que l’ Pont-Neuf, j’arriv’rai pas !
 
Chauffons l’ train ! hue la grand’ vitesse !...
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
Tiens ! quoi donc que j’ dégott’ dans l’noir,
Qu’est à g’noux, là-bas su’ l’ trottoir ?
Eh ! ben, là-bas, eh ! la gonzesse,
 
On grimp’ pas su’ les parapets !
Attends ! attends ! j’y vas... Cré garce !
Pigé, j’ te tiens ! Dit’s donc, c’est farce
Tout d’ même ; en v’là des moulinets !
 
Vous comprenez la rigolade,
Vous, la p’tit’ mèr’ ; vrai, qué potin !
C’est donc marioll’, c’est donc rupin
De s’ plaquer dans la limonade ?
 
Pourquoi ? Peut-êt’ pour un salaud ;
Pour un prop’ à rien, pour un’ pant’e ?
Malheur !... Tiens, vous prenez du vent’e.
Ah ! bon, chaleur ! J’ comprends l’ tableau !
 
On s’a fait arrondir el’ globe,
On a sa p’tit’ butte, à c’ que j’vois...
Eh ! ben, ça prouv’ qu’on n’est pas d’ bois ;
A m’ va; c’te môm’-là ; tiens ! j’ te gobe.
 
Faut y donner l’ jour, à c’ gamin ;
Maint’nant qu’y est, faut pas l’ défaire ;
J’ l’adop’ d’abord ; j’ y sers de père ;
Vrai ! j’ l’adop’ jusqu’à d’main matin.
 
Allons, ho ! fais-moi voir ta pomme ;
Rapplique un peu sous l’ bec ed’ gaz.
J’ te gob’ ; faut profiter de l’occas’.
Ya pas d’erreur, va ; j’ suis un homme,
 
Un chouett’, un zig, un rigolo.
Fait donc voir ça ; bon ! v’là qu’a pleure...
Tu f’rais pas tant l’étroite à c’t’heure
Si j’aurais laissé t’ fout’ dans l’eau.
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
Allons ! bon, c’est ma femm’ ! – Tableau !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоuvillе : Lа Sоlitudе dеs fеmmеs

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Βruаnt : À Grеnеllе

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...»

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Сlоwn dе l’irоniе (Gоudеаu)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...» (Lаbé)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz