André Gill

La Muse à Bibi, 1880


L’Âne


 
Un pauvre homme vivait avec un âne. L’homme
Était un vieux tout blanc, et la bête de somme
Ployait sous le fardeau des ans, son dos pelé.
 
Ils parcouraient tous deux Paris, couple essoufflé,
Et l’on voyait passer leur maigre silhouette ;
Le vieil âne traînait une pleine charrette
De copeaux — qu’on vendait au monde, çà et là —
Et le vieillard trottait auprès, cahin-caha.
 
Jamais le vieux n’avait frappé son âne, et même
Il le traitait avec une douceur extrême ;
Et l’âne n’avait pas cet air navrant à voir
Que les ânes battus ont coutume d’avoir.
 
Je les vis un matin, boulevard Montparnasse,
Et je fus attendri de leur allure lasse.
C’était un clair matin automnal. — Il ventait
Fort, et l’âne, tout en trottinant, tremblottait,
Je regardais ces deux êtres avec tendresse,
J’aime le prolétaire humble, — que la détresse,
L’âge et le turbin ont usé, cassé, transi. —
Et l’âne, — l’âne étant un prolétaire aussi.
 
Or, des étudiants qui montaient vers Montrouge
Passèrent. Ils avaient nocé dans quelque bouge
Toute la nuit : cela se voyait aisément
À leurs chants avinés, à leur débraillement,
À leurs teints blêmes.
 
                              Ces jeunes gens en goguette
Aperçurent le vieux, et l’âne et la charrette,
Et leur coururent sus en poussant de grands cris.
L’âne s’arrêta court. — Le bon vieillard, surpris,
Ne dit mot, attendant l’évènement ; et, comme
L’instinct rend l’animal plus clairvoyant que l’homme,
L’âne abaissa ses deux oreilles sur son cou :
Il sentait le danger...
 
                              En effet, tout à coup,
Ces jeunes gens, rendus mauvais par la biture,
S’allèrent accrocher derrière la voiture,
Qui bascula. Le pauvre âne au dessus du sol
Fut entre les brancards enlevé. Son licol
L’étranglait... Et bientôt son souffle devint râle ;
Vainement le vieillard suppliait, tremblant, pâle,
Affolé... Les loustics continuaient.
 
                                                De loin
J’avais vu se passer ces choses, et, témoin
Indigné, je hâtais le pas pour aller dire
À ces étudiants à quel point ce martyre
D’une innocente bête était lâche et honteux,
Lorsque des ouvriers arrivèrent sur eux.
Les braves gens semblaient être un brin en riole ;
Mais l’ouvrier est bon même quand il rigole.
 
Ceux-ci, donc, avaient tout vu de chez un troquet.
Ils empoignèrent les jeunes gens au collet ;
Ils cognèrent les plus récalcitrants ; et, zeste !
La bande cavala sans demander son reste.
 
Le vieux aux ouvriers fit un remerciement ;
Puis, lorsque son âne eut soufflé tranquillement,
L’homme et la bête, avec leur allure poussive,
Reprirent leur chemin.
 
                                Ainsi, peuple ! il arrive
Que tes fils ignorants corrigent quelquefois
Les fils bien éduqués et cossus des bourgeois.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоuvillе : Lа Sоlitudе dеs fеmmеs

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Βruаnt : À Grеnеllе

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...»

Du Βеllау : «Τеls quе l’оn vit јаdis lеs еnfаnts dе lа Τеrrе...»

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Εnfеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сlоwn dе l’irоniе (Gоudеаu)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Dе vоs уеuх tоut divins, dоnt un Diеu sе pаîtrаit...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz