André Gill

La Muse à Bibi, 1880


Carrefour


 
Carrefour de l’Observatoire,
Un danseur de corde, devant
Les badauds, exerce en plein vent
Sa verve funambulatoire.
 
Son maillot rose est pailleté
De sequins et d’astérioles ;
On croit voir, dans ses cabrioles
Un lapin sans trêve sauté.
 
Il saute, danse, pirouette,
Touche la corde et rebondit,
Culbute, exulte, resplendit,
Vertigineuse silhouette.
 
Aussi les passants, les flâneurs,
Marchands de coco, culs-de-jatte,
Tous s’arrêtent, bouche béate ;
Et, les yeux grisés de lueurs,
 
Nourrice, voyou, militaire,
S’entredisent : quel caoutchouc !
C’est plus fort que la soupe au chou !
Chacun selon son caractère.
 
Tout son corps vibre comme un luth,
Hystérique amoureux du vide
Il verse sur la foule avide
L’effluve de ses nerfs en rut.
 
C’est un triomphe où rien ne manque ;
Et Bullier, par-dessus le mur
De son jardin, voit dans l’azur
Bondir le léger saltimbanque.
 
Le marchand de gaufres, tenté
Par cet enchanteur élastique,
Accourt, laissant là sa boutique.
Les fiacres ont l’air hébété.
 
De l’autre côté de la place,
Le maréchal Ney, pur airain,
Se hausse, risque un tour de rein
Pour suivre des yeux dans l’espace
 
Le fier et brillant tourbillon
D’or, de soie et de fantaisie,
Qu’un souffle ardent de poésie
Emporte comme un papillon.
 
Et dans le cercle où l’on s’écrase,
Un croque-mort, entré pour voir,
Immobile, muet et noir,
Semble une araignée en extase.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz