Théophile Gautier


Voyage


 

Il me faut du nouveau n’en fût-il plus au monde.
Jean de La Fontaine.


   
      Jam mens praetrepidans avet vagari,
      Jam laeti studio pedes vigescunt.
Catulle.


Au travers de la vitre blanche
Le soleil rit, et sur les murs
Traçant de grands angles, épanche
Ses rayons splendides et purs :
Par un si beau temps, à la ville
Rester parmi la foule vile !
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, sellez vos chevaux.
 
Au sein d’un nuage de poudre,
Par un galop précipité,
Aussi promptement que la foudre
Comme il est doux d’être emporté !
Le sable bruit sous la roue,
Le vent autour de vous se joue ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Les arbres qui bordent la route
Paraissent fuir rapidement,
Leur forme obscure dont l’œil doute
Ne se dessine qu’un moment ;
Le ciel, tel qu’une banderole,
Par-dessus les bois roule et vole ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Chaumières, fermes isolées,
Vieux châteaux que flanque une tour,
Monts arides, fraîches vallées,
Forêts se suivent tour à tour ;
Parfois au milieu d’une brume,
Un ruisseau dont la chute écume ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Puis, une hirondelle qui passe,
Rasant la grève au sable d’or,
Puis, semés dans un large espace,
Les moutons d’un berger qui dort ;
De grandes perspectives bleues,
Larges et longues de vingt lieues ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Une montagne : l’on enraye,
Au bord du rapide penchant
D’un mont dont la hauteur effraye :
Les chevaux glissent en marchant,
L’essieu grince, le pavé fume,
Et la roue un instant s’allume ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
La côte raide est descendue.
Recouverte de sable fin,
La route, à chaque instant perdue,
S’étend comme un ruban sans fin.
Que cette plaine est monotone !
On dirait un matin d’automne ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Une ville d’un aspect sombre,
Avec ses tours et ses clochers
Qui montent dans les airs, sans nombre,
Comme des mâts ou des rochers,
Où mille lumières flamboient
Au sein des ombres qui la noient ;
Je veux voir des sites nouveaux :
Postillons, pressez vos chevaux.
 
Mais ils sont las, et leurs narines,
Rouges de sang, soufflent du feu ;
L’écume inonde leurs poitrines,
Il faut nous arrêter un peu.
Halte ! demain, plus vite encore,
Aussitôt que poindra l’aurore,
Postillons, pressez vos chevaux,
Je veux voir des sites nouveaux.
 

Premières poésies

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Αpоllinаirе : «Lеs villеs sоnt plеinеs d’аmоur еt dе dоulеur...»

Spоndе : «Μаis si mоn fаiblе соrps, qui соmmе l’еаu s’éсоulе...»

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Саntеl : Lеs Τribаdеs

Rоnsаrd : «Vоus ruissеаuх, vоus rосhеrs, vоus аntrеs sоlitаirеs...»

Hugо : Сhаnsоn dеs dеuх bаrbаrеs

Lаfоrguе : Αvаnt-dеrniеr mоt

Lоrrаin : Νévrоsе

Lоrrаin : Unе idуllе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Βéаtriх Dоnаtо fut lе dоuх nоm dе сеllе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Rоbе déсhiréе (Lоuÿs)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur quе lе јоur dе mа mоrt sоit bеаu еt pur (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt féminin (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Jаdis sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Μаis si mоn fаiblе соrps, qui соmmе l’еаu s’éсоulе...» (Spоndе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе