Théophile Gautier


Solitude


 
Je bande trop dans ma culotte
Je sors mon vit qui décalotte
          Son champignon.
Être à midi, seul dans ma chambre,
En tête à tête avec son membre,
          C’est du guignon !
 
Mon jacquemart me bat le ventre ;
Dans quelque chose il faut que j’entre,
          Cul, bouche ou con.
Mais je ne vois pas ma voisine
Lançant son œillade assassine
          De son balcon.
 
En vain Coco dresse sa huppe :
Dans la maison pas une jupe,
          Pas un bonnet.
La pine au poing, pose équivoque,
À défaut de con, je t’invoque,
          Veuve Poignet.
 
Grande Vénus masturbatrice,
Solitaire consolatrice
          Des amoureux,
Puisque je manque de maîtresse
Accorde au moins à ma détresse
          Tes plaisirs creux.
 
Prête-moi cette main adroite
Qui sait, d’une caresse étroite,
          Saisir l’engin,
Et fait jouer la pompe à sperme
Entre ses doigts qu’elle referme
          Comme un vagin.
 
Enseigne-moi, j’y suis novice,
Ce jeu que Tissot nomme vice,
          Ce jeu caché
Que Cupidon enfant pratique,
Épointant sa flèche érotique
          Loin de Psyché.
 
Les pieds appuyés au chambanle,
Lentement d’abord je me branle,
          Et puis presto :
Je développe mon extase,
Ponçant mon pilier de la base
          Au chapiteau.
 
Mais la Chimère ouvre la porte.
Une femme entre, à gorge forte,
          À reins puissants,
Qui retroussant chemise et cotte
Met sous mon nez sa grosse motte
          Aux crins frisants ;
 
Puis souriante se retourne,
Et ne sachant par où j’enfourne
          M’offre son cu.
Rubens, il faut que tu confesses
Par la ronde ampleur de ces fesses
          Ton air vaincu !
 
Mais je l’empoigne par les hanches,
Et j’écarte ses cuisses blanches
          De mon genou ;
Déjà ma pine triomphante
De l’abricot forçant la fente
          Y fait son trou.
 
Serrant le cul, haussant la croupe,
Les pieds en l’air comme en un groupe
          De Clodion,
Elle absorbe toute ma pine
Et retrouve de Messaline
          Le tordion.
 
Un flot de liqueur prostatique,
Du temple mouillant le portique,
          Écume au bord ;
Sous le choc du vit qui la pousse
Elle crie à chaque secousse :
          Oh ! va plus fort.
 
Les yeux noyés, de plaisir pâle,
Jusqu’à la garde elle s’empale,
          Comme autrefois
Du dieu Priape au fond d’un antre
Les filles s’enfonçaient au ventre
          L’outil de bois.
 
Je la transperce d’outre en outre.
Le spasme arrive : un jet de foutre,
          Un jet brûlant,
Parcourt mon dard comme une lave,
Jaillit, retombe, et de sa bave
          Poisse mon gland.
 
Quand j’ai bien égoutté mon tube,
Je vois s’envoler le succube
          Aux beaux seins nus,
Je deviens flasque, je débande,
Et je regrette mon offrande,
          Fausse Vénus.
 
Sur mes doigts en nappe s’épanche,
Déjà froide, la liqueur blanche ;
          Tout est fini,
Et j’offre pour ton microscope
Le résultat de ma syncope,
          Spallanzani !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Vоiсi lа fоllе qui pаssе еn dаnsаnt...»

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аllеr аu pаrаdis аvес lеs ânеs

Νоаillеs : Lеs Ρlаintеs d’Αriаnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lе Сеrf mаlаdе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Соntе simplе (Сосtеаu)

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе