Théophile Gautier

Émaux et camées, 1852


La Bonne Soirée


 
Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
Les cochers, transis sur leur siège,
        Ont le nez bleu.
Par ce vilain soir de décembre,
Qu’il ferait bon garder la chambre,
        Devant son feu !
 
À l’angle de la cheminée
La chauffeuse capitonnée
        Vous tend les bras
Et semble avec une caresse
Vous dire comme une maitresse :
        « Tu resteras ! »
 
Un papier rose à découpures,
Comme un sein blanc sous des guipures,
        Voile à demi
Le globe laiteux de la lampe
Dont le reflet au plafond rampe,
        Tout endormi.
 
On n’entend rien dans le silence
Que le pendule qui balance
        Son disque d’or,
Et que le vent qui pleure et rôde,
Parcourant, pour entrer en fraude,
        Le corridor.
 
C’est bal à l’ambassade anglaise :
Mon habit noir est sur la chaise,
        Les bras ballants ;
Mon gilet bâille, et ma chemise
Semble dresser, pour être mise,
        Ses poignets blancs ;
 
Les brodequins à pointe étroite
Montrent leur vernis qui miroite,
        Au feu placés ;
À côté des minces cravates,
S’allongent comme des mains plates
        Les gants glacés.
 
Il faut sortir ! — quelle corvée !
Prendre la file à l’arrivée
        Et suivre au pas
Les coupés des beautés altières
Portant blasons sur leurs portières
        Et leurs appas ;
 
Rester debout contre une porte
À voir se ruer la cohorte
        Des invités,
Les vieux museaux, les frais visages,
Les fracs en cœur et les corsages
        Décolletés,
 
Les dos où fleurit la pustule,
Couvrant leur peau rouge d’un tulle
        Aérien,
Les dandys et les diplomates
Sur leurs faces à teintes mates
        Ne montrant rien !
 
Et ne pouvoir franchir la haie
Des douairières aux yeux d’orfraie
        Ou de vautour,
Pour aller dire à son oreille
Petite, nacrée et vermeille,
        Un mot d’amour !
 
Je n’irai pas ! — et ferai mettre
Dans son bouquet un bout de lettre
        À l’Opéra.
Par les violettes de Parme
La mauvaise humeur se désarme :
        Elle viendra !
 
J’ai là l’Intermezzo de Heine,
Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
        Les deux Goncourt :
Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
Sur l’oreiller l’idée en rêve,
        Me sera court.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Саssеur dе guеulеs

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Εхquis musiсiеn, dеvаnt sоn сhеvаlеt...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Sеignеur, nе pеnsеz pаs d’оuïr сhаntеr iсi...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе