Théophile Gautier

Émaux et camées, 1852


La Bonne Soirée


 
Quel temps de chien ! — il pleut, il neige ;
Les cochers, transis sur leur siège,
        Ont le nez bleu.
Par ce vilain soir de décembre,
Qu’il ferait bon garder la chambre,
        Devant son feu !
 
À l’angle de la cheminée
La chauffeuse capitonnée
        Vous tend les bras
Et semble avec une caresse
Vous dire comme une maitresse :
        « Tu resteras ! »
 
Un papier rose à découpures,
Comme un sein blanc sous des guipures,
        Voile à demi
Le globe laiteux de la lampe
Dont le reflet au plafond rampe,
        Tout endormi.
 
On n’entend rien dans le silence
Que le pendule qui balance
        Son disque d’or,
Et que le vent qui pleure et rôde,
Parcourant, pour entrer en fraude,
        Le corridor.
 
C’est bal à l’ambassade anglaise :
Mon habit noir est sur la chaise,
        Les bras ballants ;
Mon gilet bâille, et ma chemise
Semble dresser, pour être mise,
        Ses poignets blancs ;
 
Les brodequins à pointe étroite
Montrent leur vernis qui miroite,
        Au feu placés ;
À côté des minces cravates,
S’allongent comme des mains plates
        Les gants glacés.
 
Il faut sortir ! — quelle corvée !
Prendre la file à l’arrivée
        Et suivre au pas
Les coupés des beautés altières
Portant blasons sur leurs portières
        Et leurs appas ;
 
Rester debout contre une porte
À voir se ruer la cohorte
        Des invités,
Les vieux museaux, les frais visages,
Les fracs en cœur et les corsages
        Décolletés,
 
Les dos où fleurit la pustule,
Couvrant leur peau rouge d’un tulle
        Aérien,
Les dandys et les diplomates
Sur leurs faces à teintes mates
        Ne montrant rien !
 
Et ne pouvoir franchir la haie
Des douairières aux yeux d’orfraie
        Ou de vautour,
Pour aller dire à son oreille
Petite, nacrée et vermeille,
        Un mot d’amour !
 
Je n’irai pas ! — et ferai mettre
Dans son bouquet un bout de lettre
        À l’Opéra.
Par les violettes de Parme
La mauvaise humeur se désarme :
        Elle viendra !
 
J’ai là l’Intermezzo de Heine,
Le Thomas Grain-d’Orge de Taine,
        Les deux Goncourt :
Le temps, jusqu’à l’heure où s’achève
Sur l’oreiller l’idée en rêve,
        Me sera court.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе