Henri Galoy

(1878-1937)

D’autrеs pоèmеs :

Ρеur dеs уеuх

Lа Sоurсе

Grоtеsquеs

 

 

Henri Galoy


Nature parisienne


 
 

I


 
Tout se trouve à Paris, tout, même la Nature.
On y peut voir des fleurs, des arbres et des eaux ;
Ses parcs sont des forêts, à preuve, les oiseaux,
Ses forts des prés, témoin la chèvre à la pâture.
 
Mais tout cela trahit l’apprêt et la teinture,
Et l’oiseau sent la cage, et la fleur les ciseaux,
Et le pâtis est chauve où, maigre jusqu’aux os,
La chèvre, ô Rabier, s’offre à ta caricature.
 
Nature de Paris, spectre aux airs affligeants,
Tu me navres, pareille à ces filles des champs
S’étiolant ici, servante ou courtisane :
 
Comme elles sous le fard tu caches tes pâleurs,
Et mourant d’anémie, ô pauvre paysanne,
Tu maudis la Cité qui t’a pris tes couleurs.
 
 
 

II


 
N’importe ! Si changée, hélas, c’est toujours toi,
Nature, et moi qui fus ton amant au village,
Je t’aime encor flétrie et mon cœur t’aperçoit
Toujours belle et semblable à ta rustique image.
 
C’est assez pour rendre à mes sens l’ancien émoi
De tes appas déchus, de ton maigre feuillage.
Chlorotique exilée, ah si pareille à moi,
Je couvre de baisers ardents ton maquillage.
 
Ô toi que j’ai connue en ta fraîche beauté,
Nature ! laisse-moi, sous ce ciel empesté,
Jouir amèrement de tes restes de charmes,
 
Ainsi qu’un paysan qui, dans un lieu malsain,
Retrouve sa promise et goûte sur son sein
Un plaisir plein de honte et tout gonflé de larmes.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 15 décembre 2019 à 12h22

Pyramide hétéroclite
------------------

Pierres de toute forme et de toute nature,
Venant des hauts sommets, venues au fil des eaux;
C’est plus enchevêtré que le nid d’un oiseau,
Car c’est un monument de folle architecture.

Qui t’a passé commande, architecte immature?
Tes amis forment-ils un influent réseau,
Comme à la cour d’un roi les nobles damoiseaux ?
Les plans que tu traças sont des caricatures.

Tu nous vends un délire, architecte affligeant ;
Peut-être le fais-tu pour étonner les gens,
Cela peut-il servir de raison suffisante ?

Je sais qu’on a besoin, toujours, de bricoleurs,
Mais l’oeuvre qu’on leur doit n’est pas souvent plaisante,
Même un peu camouflée sous de belles couleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Siеstе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе qui dе sоn сhеf lеs étоilеs pаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Саughnаwаgа (Fréсhеttе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz