Jean Froissart


Chanson royale sotte amoureuse

Couronnée à Lille


Amours, par qui les lourdes et les lourds
Sont bien rataints de lourdement aimer,
M’ont pourveü depuis un terme court
De dame aimer où il n’a qu’amender,
Car son corps est aussi doux qu’uns chierens,
Heüreux suis qu’elle a perdu les dents,
Car autrement ne m’eüst demeuré
Drapiel entier ; tout euïst déchiré.
Un usage a tel qu’à moi happe et tire,
Et quand par li sont mes draps débeffés,
Elle se sance après de moi maudire.
 
Je le trouvai l’autrier en une cour
Sus un fumier, prête pour remuer,
Et je lui dis : « Ma dame, il fait là gourt ;
Or vous veuillez un petit reposer
Et nous parrons d’amour tout à bon sens.
Et celle dont li état est plus gens
Que d’un pourcel ort et embegaré,
M’a en soudain tellement regardé
Que je vosisse adont être en l’empire,
Car contre moi a un fourquié levé,
Et puis me dit : « Or çà, que veux-tu dire ? »
 
« Dame », dis-je, « Amours en mon cœur sourd,
Car je me sens en mon corps haleter
Et je m’en dois aller en un behourt ;
Pour votre amour m’y voudrai éprouver,
Mais dites-moi, que crierai sus les rangs ?
Car je serai, je crois, de ceux dedans. »
Elle dit : « Fais crier : À l’étonné,
Et si le prix conquiers, j’ai volonté,
M’amours auras, qui est aussi entire
Que mes drapeaux, qui sont tout ranoué.
Or soyes preux, il te doit bien suffire. »
 
— « Dame », dis-je, « vous serez sus un hourt
Là me verrez les horions donner,
Mais si je truis le coquin et le lourd
Lequel on dit qu’il veut mes œufs humer,
Je lui don’rai tel coup entre les gens
Qu’il s’en ira en sa maison dolent. »
Lors dit ma dame : « Et qu’as-tu empensé ?
S’a trestous ceux qui ont à moi parlé
Tu veux avoir le débat ne l’estire,
Il te faudra, saches pour vérité,
Plus qu’un martyr endurer de martyre. »
 
Adont vis là le coquin qui accourt ;
À ses nus bras va ma dame acoller.
Lors m’avisai que, s’on ne le secourt,
Je lui voudrai trop bien le dos fautrer,
Car je me tiens de lui trop mal content.
Des nouveaux aulx, du pain et des harengs,
Matons et beurre, œufs et bacon salé
À en l’escours de ma dame apporté.
Quant cela vis, je n’eus talent de rire,
Ançois lui dit : « Ma dame, or ai prouvé
Que ce fou-ci notre amour fort déchire. »
 
Princes, Amours m’ont lors si échauffé
Et parfaite sotie, Dieu leur mire,
Que j’ai ma dame et le coquin rué
En un ruiot, et là les laissai gire.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Rêvаnt pаrmi сеs bоis, је vоis s’еntrеbаisеr...» (Αubеspinе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Frèrеs аînés (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе