Louis-Honoré Fréchette


Caughnawaga


 
C’est le dernier soupir d’un monde agonisant.
Venez voir ces débris des antiques peuplades,
Anciens rois du désert, terribles ancelades
Écrasés sous le poids des choses d’à présent.
 
Arrêtons-nous ici, non loin de ces cascades.
Regardez ce hameau qui n’a rien d’imposant.
C’est là... Dire qu’on peut visiter en causant
Ces lieux témoins de tant de fauves embuscades...
 
Est-ce notre regard ou l’histoire qui ment ?
Qu’êtes-vous devenus, guerriers roux des prairies,
Farouches Iroquois ? — Ô désappointement !
 
Sans même recourir aux moindres jongleries,
Le chef de la tribu, marchand d’épiceries,
Avec l’accent anglais nous parle bas-normand.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 10 juin 2020 à 08h18

Comme tu dis
-------------------

C’est le dernier soupir d’un monde agonisant :
On ne saurait mieux dire. Adieu la rigolade !
Ça sent fort le sapin, et l’état du malade,
Selon mon diagnostic, est peu satisfaisant.

Des matadors chafouins ont porté l’estocade.
C’était un noble sport, culturel, soi-disant ;
Pourtant le résultat n’est pas très reluisant :
Allons, c’est bien fini, ciao, passez muscade !

En quels termes, comment l’exprimer poliment ?
Y’en a marre à la fin de ces bouffonneries,
De la fraternité et tout le tremblement.

Liberté, Liberté, ô Liberté chérie !
Nous te sacrifions à la sauvagerie :
Célestes vérités ? Étrange aveuglement ! (1)


(1) D’après Corneille, ’Polyeucte’, Acte IV scène 3.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 juillet 2020 à 12h20

Planète Thornandra
-------------

Ici, les gens ne font que sculpter des gisants
Sur le socle desquels ils gravent des ballades;
Puis ils rentrent chez eux manger de la salade
Que produisent pour eux leurs frères paysans.

La fête du solstice est une mascarade
Où l’on voit défiler quelques chars imposants;
Le Grand Prêtre du Temple, aux rires s’exposant,
Suit l’amusant cortège en habit de parade.

Dessinant sur le sable une histoire qui ment,
Un prophète promeut sa sainte confrérie;
Deux vieux explorateurs en firent un roman.

La licorne invisible est alors bien nourrie,
Si l’on en use ainsi, c’est pour qu’elle sourie;
Mais elle aimerait mieux rejoindre son amant.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Αpоlоgiе pоur Gеоrgеs Fоurеst

Βаudеlаirе : Splееn : «Jе suis соmmе lе rоi...»

Sаtiе : Οbstасlеs vеnimеuх

Lаmаrtinе : «Μоn сœur еst еn rеpоs...»

Hugо : Ultimа vеrbа

Hоpil : Саntiquе : «Ρriаnt dеssus un mоnt оù lеs plus bеllеs сhоsеs...»

Соrnеillе : Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...»

Régniеr : Εn fоrêt

Rоllinаt : Lе Fасiès humаin

Lесоntе dе Lislе : Épiphаniе

☆ ☆ ☆ ☆

Hуspа : Lеs Сhаnsоnniеrs

Rоussеаu : Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе

Lесоntе dе Lislе : L’Αbеillе

Βаnvillе : Lа Ρаiх

Vеrlаinе : Jésuitismе

Vеrlаinе : Vеrs pоur êtrе саlоmnié

Соuté : L’Éсоlе

Lаrbаud : Μеrs-Εl-Kébir

Соppéе : «Lе sоlеil frоid dоnnаit un tоn rоsе аu grésil...»

Vеrlаinе : «Ρаrfums, соulеurs, sуstèmеs, lоis...»

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Jаdis sur «Μоn сœur еst еn rеpоs...» (Lаmаrtinе)

De Сосhоnfuсius sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Quе ј’аimе lе prеmiеr frissоn d’hivеr...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Dеuх оu trоis fоis biеnhеurеuх lе rеtоur...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sur mоn livrе (Lе Ρеtit)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz