Anatole France

Les Poèmes dorés, 1873


À la lumière


 
Dans l’essaim nébuleux des constellations,
        Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô lumière,
        Blanche mère des visions,
 
Tu nous viens du soleil à travers les doux voiles
        Des vapeurs flottantes dans l’air :
La vie alors s’anime et, sous ton frisson clair,
        Sourit, ô fille des étoiles !
 
Salut ! car avant toi les choses n’étaient pas.
    Salut ! douce ; salut ! puissante.
Salut ! de mes regards conductrice innocente
    Et conseillère de mes pas.
 
Par toi sont les couleurs et les formes divines,
    Par toi, tout ce que nous aimons.
Tu fais briller la neige à la cime des monts,
    Tu charmes le bord des ravines.
 
Tu fais sous le ciel bleu fleurir les colibris
    Dans les parfums et la rosée ;
Et la grâce décente avec toi s’est posée
    Sur les choses que tu chéris.
 
Le matin est joyeux de tes bonnes caresses ;
    Tu donnes aux nuits la douceur,
Aux bois l’ombre mouvante et la molle épaisseur
    Que cherchent les jeunes tendresses.
 
Par toi la mer profonde a de vivantes fleurs
    Et de blonds nageurs que tu dores.
Au ciel humide encore et pur tes météores
    Prêtent l’éclat des sept couleurs.
 
Lumière, c’est par toi que les femmes sont belles
    Sous ton vêtement glorieux ;
Et tes chères clartés, en passant par leurs yeux,
    Versent des délices nouvelles.
 
Leurs oreilles te font un trône oriental
    Où tu brilles dans une gemme,
Et partout où tu luis, tu restes, toi que j’aime,
    Vierge comme en ton jour natal.
 
Sois ma force, ô Lumière ! et puissent mes pensées,
    Belles et simples comme toi,
Dans la grâce et la paix, dérouler sous ta foi
    Leurs formes toujours cadencées !
 
Donne à mes yeux heureux de voir longtemps encor,
    En une volupté sereine,
La Beauté se dressant marcher comme une reine
    Sous ta chaste couronne d’or.
 
Et, lorsque dans son sein la Nature des choses
    Formera mes destins futurs,
Reviens baigner, reviens nourrir de tes flots purs
    Mes nouvelles métamorphoses.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеtitеs bоuсhеs (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur «Quеl еst сеlui qui vеut fаirе сrоirе dе sоi...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе