Georges Fourest

La Négresse blonde, 1909


Phèdre


 

    Dans un fauteuil doré, Phèdre tremblante et blême,
Dit des vers où d’abord personne n’entend rien.
Le duc de Nevers.


Dans un fauteuil en bois de cèdre
(à moins qu’il ne soit d’acajou),
en chemise, madame Phèdre,
fait des mines de sapajou.
 
Tandis que sa nourrice Oenone
qui jadis eut de si bon lait
se compose un maintien de nonne
et marmonne son chapelet,
 
elle fait venir Hippolyte,
fils de l’amazone et de son
époux, un jeune homme d’élite,
et lui dit : « Mon très cher garçon,
 
« dès longtemps, d’humeur vagabonde,
monsieur votre père est parti ;
on dit qu’il est dans l’autre monde ;
il faut en prendre son parti !
 
« Sans doute un marron sur la trogne
lui fit passer le goût du pain ;
requiescat ! il fut ivrogne,
coureur et poseur de lapin ;
 
« oublier cet époux volage
ne sera pas un gros péché !
Donnez-moi votre pucelage
et vous n’en serez pas fâché !
 
« Vois-tu ma nourrice fidèle
qu’on prendrait pour un vieux tableau ?
elle nous tiendra la chandelle
et nous fera bouillir de l’eau !
 
« Viens, mon chéri, viens faire ensemble
dans mon lit nos petits dodos !
Hein ! petit cochon, que t’en semble,
du jeu de la bête à deux dos ? »
 
À cette tirade insolite,
ouvrant de gros yeux étonnés,
comme un bon jeune homme Hippolyte
répondit, les doigts dans le nez :
 
« Or çà ! belle-maman, j’espère
que vous blaguez, en ce moment !
Moi, je veux honorer mon père
afin de vivre longuement ;
 
« à la cour brillante et sonore
il est vrai que j’ai peu vécu ;
mais je doute qu’un fils honore
son père en le faisant cocu !
 
« Vos discours, femelle trop mûre,
dégoûterais la Putiphar !
Prenez un gramme de bromure
avec un peu de nénuphar !... »
 
Sur quoi, faisant la révérence,
les bras en anses de panier,
il laisse la dame plus rance
que du beurre de l’an dernier.
 
« Eh ! va donc, puceau phénomène !
Va donc, châtré, va donc, salop,
Va donc, lopaille à Théramène !
Eh ! va donc t’amuser, Charlot !... »
 
Comme elle bave de la sorte
de fureur et de rut, voilà
qu’un esclave frappe à sa porte :
« Madame, votre époux est là !
 
« Théseus, c’est Théseus ! il arrive !
C’est lui-même : il monte à grands pas ! »
Venait-il de Quimper, de Brive,
d’Honolulu ! je ne sais pas,
 
mais il entre, embrasse sa femme,
la rembrasse en mari galant ;
aussitôt la carogne infâme
pleurniche, puis d’un ton dolent :
 
« Monsieur, votre fils Hippolyte,
avec tous ces grands airs bigots,
et ses mines de carmélite,
est bien le roi des saligots !
 
« Plus de vingt fois, sous la chemise
le salop m’a pincé le cul
et, passant la blague permise,
volontiers vous eût fait cocu :
 
« il ardait comme trente Suisses,
et (rendez grâce à ma vertu)
si je n’avais serré les cuisses,
Votre honneur était bien foutu !... »
 
Phèdre sait compter une fable
(tout un chacun le reconnaît)
son discours parut vraisemblable
si bien que le pauvre benêt
 
de Théseus promis à Neptune
un cierge (mais chicodondard !)
un gros cierge d’au moins une thune
pour exterminer ce pendard !
 
Pauvre Hippolyte ! Un marin monstre
le trouvant dodu le mangea,
puis le digéra, ce qui monstre
(mais on le savait bien déjà!)
 
qu’on peut suivre, ô bon pédagogue,
avec soin le commandement
quatrième du décalogue
sans vivre pour ça longuement !
                           

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Vаpеurs dе mаrеs

Rоllinаt : «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...»

Νеlligаn : Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе

Lесоntе dе Lislе : Lа Τristеssе du Diаblе

Sаint-Ρоl-Rоuх

Соppéе : Flеurs impurеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Νоuvеаu : Sоnnеt dе lа lаnguе

Сlаudеl : Τénèbrеs

Viаu : «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Sоnnеt rоmаntiquе

Rоllinаt : Lеs Étоilеs blеuеs

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lоuÿs : Lа Fеmmе qui dаnsе

Spirе : Αh ! ј’аimеrаis аimеr, dаns се frоid еnivrаnt,

Lоrrаin : L’Étаng mоrt

Lоuÿs : L’Εnfоurсhеmеnt

Соppéе : «J’éсris près dе lа lаmpе. Ιl fаit bоn. Riеn nе bоugе...»

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Сосhоnfuсius sur «Sоlitаirе еt pеnsif, dаns un bоis éсаrté...» (Dеspоrtеs)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је nе vеrrаi plus сеs sоlеils grасiеuх...» (Dеspоrtеs)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Jеаn-Βаptistе sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Vinсеnt sur «Τаnt quе mеs уеuх pоurrоnt lаrmеs épаndrе...» (Lаbé)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αpоllinаirе

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De gеpеttоz sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе