Paul Fort

Ballades Françaises, 1897


Le Diable dans la nuit

Le diable court dans la nuit avec des yeux d’ rubis, avec sa p’tite fourchette fait la chasse aux souris,

 

il en tue trois cent mille, les jette à l’abreuvoir, allume sa p’tite fourchette et fait cuire le potage,

 

il le fera manger aux amants malappris qui ne pensent qu’à rire et tout l’ jour se pourlichent,

 

et quand auront vomi leurs cœurs à l’abreuvoir, avec sa p’tite fourchette, il en fera des écuelles

 

qu’il attachera, toutes, à sa queue verdoyante pour faire du bruit, du bruit pendant les nuits d’orage.


©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 mars 2018 à 18h09

Dans le manoir de pourpre
-------------------------------

En ce manoir de pourpre est un diable frugal
Mangeant des grains de blé avec une fourchette ;
Et quand il n’en a plus, sa grand-mère en achète,
Ce blé dont les souris, souvent, font leur régal.

Il poursuit les souris pour pillage illégal,
Il envisage aussi d’en faire des brochettes.
Mais les rongeurs, prudents, restent dans leurs cachettes,
On peut les menacer, cela leur est égal.

Le démon veut manger de vaillants petits coeurs,
Les coeurs des amoureux dont les regards moqueurs
Le narguent chaque fois qu’il boit à la fontaine ;

Ces charmants tourtereaux sont amusés de voir
Un seigneur infernal user d’un abreuvoir,
Un seigneur ? pas vraiment, juste un croquemitaine.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 décembre 2018 à 22h33

Manoir de l’indigent.
---------------------

Lui qui vit dans le manque, il se prétend frugal ;
Il eut pourtant, jadis, un bon coup de fourchette,
Mais, ne possédant pas un talent qu’on achète,
Néglige désormais ce qui fut son régal.

Et puis quoi ! se priver, ce n’est rien d’illégal,
Même la mie de pain fait de bonnes brochettes ;
Je ne veux pas sortir mes sous de leur cachette,
Appelez-moi radin, cela m’est bien égal.

Ce seigneur misérable est un homme de coeur,
Loin de la vanité, loin des propos moqueurs,
Chaque soir il relit les mots de La Fontaine,

Car ce livre est un monde, et l’on y peut bien voir
Combien le savetier, citoyen sans avoir,
Se satisfait de toi, providence incertaine !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе