Paul Fort

La Tristesse de l’homme, 1910


La Grenouille bleue


 

I — Prière au bon forestier

Nous vous en prions à genoux, bon forestier, dites-nous-le ! À quoi reconnaît-on chez vous la fameuse grenouille bleue ?

 

À ce que les autres sont vertes ? À ce qu’elle est pesante ? Alerte ? À ce qu’elle fuit les canards ? Ou se balance aux nénuphars ?

 

À ce que sa voix est perlée ? À ce qu’elle porte une houppe ? À ce qu’elle rêve par troupe ? En ménage ? Ou bien isolée ?

 

Ayant réfléchi très longtemps et reluquant un vague étang, le bonhomme nous dit : eh mais, à ce qu’on ne la voit jamais.


 

II — Réponse au forestier

Tu mentais, forestier. Aussi ma joie éclate ! Ce matin je l’ai vue : un vrai saphir à pattes ! Complice du beau temps, amante du ciel pur, elle était verte, mais réfléchissant l’azur.

[...]


©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 3 novembre 2017 à 12h24

Invisible écureuil d’azur
---------------------------

« Bon forestier, je te demande
Où sont les écureuils d’azur.
Tu sais mieux que moi, j’en suis sûr,
Où trouver leur joyeuse bande ;

Je leur apporte des amandes :
Sortiront-ils du bois obscur ? »
Posant sur moi son regard pur,
Le forestier me réprimande :

« Nos écureuils mangent des pignes,
De les nourrir tu n’es pas digne ;
Eux-mêmes choisissent leurs mets,

Car la Nature est généreuse ;
Ces hôtes des forêts ombreuses,
Sache qu’on ne les voit jamais. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 septembre 2018 à 12h13

Empereur des canards
--------------------

Ce canard accomplit tout ce qu’on lui demande,
Aidé par son ministre, un écureuil d’azur.
Un dieu le favorise, et le druide en est sûr,
Ainsi que des devins la pittoresque bande.

Indulgente est la loi, légères les amendes ;
Le code en est subtil, mais il n’est pas obscur.
Le loyal empereur, le ministre au coeur pur
Prononcent rarement leurs sages réprimandes.

La terre de l’Empire est noire et généreuse,
Tout autour du palais sont des forêts ombreuses ;
Une cascade y tombe, et ne tarit jamais.

Nous n’avons pas assez de ces quatorze lignes
Pour tous les compliments dont ces maîtres sont dignes ;
Aussi nous préférons nous taire, désormais.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 1er octobre 2018 à 07h55

Armande à l’amende

Où trouver le bonheur ? Se désespère Armande,
De retour d’un séjour sur la côte d’azur,
Où l’a quitté celui qu’elle croyait si sûr,
Pour une midinette aux grands yeux en amande.

Elle fait une pause, dans un café, à Mendes
Dans lequel elle boit six double-Whisky purs,
Avant de repartir l’esprit trouble et obscur,
Ce qui lui vaut d’avoir une très forte amende.

De plus elle est menée dans une pièce ombreuse,
Surchargées de ces femmes en amour généreuses,
Mais qui tout comme elle, ne se marient jamais.

Sur les murs du cachot est inscrit cette ligne ;
« Le monde est au plus fins, le ciel est au plus dignes »*
Elle veut s’engager à l’être désormais.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 1er octobre 2018 à 07h57

"Le monde est aux plus fins, le ciel aux plus dignes."
Citation de John Petit-Senn ; Les bluettes et boutades (1846)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Jаdis sur À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе (Сhаrlеvаl)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе