Paul Fort

L’Alouette, 1917


Chanson de la mélancolie

Aimer et rire ont perdu ma jeunesse. J’aimais l’amour dans sa délicatesse et la gaîté fragile du printemps. L’orage éclate et brise ma jeunesse avec tes fleurs, jardin de mes parents ! Et j’ai pleuré sur de grands dahlias.

 

Vie trop sévère ! Est-on bien fait pour ça ?

 

Aimer encore et songer m’ont perdu la fleur de l’âme, aux temps où je m’en fus rêvant un rêve inconnu de la femme : j’adorai ciel et terre et fus perdu ! J’ai tout donné, j’ai tout donné mon âme. Et je pleurais par ces rues que voilà.

 

Vie trop sévère ! Est-on bien fait pour ça ?

 

Aimer toujours et pleurer jusqu’à mort ? — J’ai fait revivre et l’esprit et le corps, dès que j’en vins à moquer la douleur, et l’amour même et la vie et la mort ! Voir et savoir ont bien perdu mon cœur. Je ris de tout à présent, triste et las.

 

Vie trop sévère ! Est-on bien fait pour ça ?

 

J’entends ce soir — quel bonheur est dans l’air ? — j’entends ce soir chanter douze oiseaux clairs, par le ciel rose et couleurs de lilas. Ô jeune fille, ô tes cheveux dans l’air flottant sous un vol de pigeons... là-bas... Dernier amour, tu ne me réponds pas ?

 

Vie trop sévère ! Est-on bien fait pour ça ?


Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 18 novembre 2022 à 11h13

Monstre affligé
----------

Je suis pourvu d’une âme où règne la tristesse,
Elle éprouve à loisir la noirceur de l’ennui ;
J’entrevois le bonheur, et voilà qu’il s’enfuit,
Voilà qu’il me trahit, dans sa scélératesse.

J’étais moins dépressif au temps de ma jeunesse,
J’avais de plaisants jours et de charmantes nuits ;
Ils se sont assombris, les rêves d’aujourd’hui,
Ce sont des cauchemars de la plus laide espèce.

Bientôt je serai mort ; que faire, en attendant ?
Rester au coin d’un feu qui n’est plus très ardent ?
Même du désespoir, je ne me sens pas digne.

Mais la fin de mes jours, c’est la fin des douleurs,
C’est le temps de tracer une dernière ligne
Et de pouvoir quitter cette vie sans valeur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Dame de flamme le 18 novembre 2022 à 13h21

___Il est perdu dans un jardin
entre la neige et le chagrin
les mots d’amour qu’on s’était dits
de ces destins qui sont maudits_____

https://www.youtube.com/watch?v=jd1isab-zps&list=RDjd1isab-zps&start_radio=1

“Le réel me donne de l’asthme. ” ____Emil Michel Cioran

La Dame du lac (réécriture / 2011)

Près des eaux endormies la muse assise lit
Les Judas d’Orviétan puis 1 feu d’artifice
En éclat automnal s’accorde 1 maléfice
Près du lac endormi l’illusion s’assouplit

Distraite elle s’évade en 1 plus grand répit
La mort sure effaçant de cet amour malice
(Qui sait si bien braver les vers avec supplice)
Ces ébats de l’esprit - Son cœur mord de dépit  

Près de l’occulte source une feuille étourdie
Cadavre au vent s’envole emportée alourdie  
La muse avec douceur effleure son ami

Qui ignore ce leurre et feint d’être endormi
Allons marcher dit-elle et bravons l’invisible
Où nous serons happés par le temps insensible __

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρérin : Αubе

Hеrеdiа : Épiphаniе

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Сrоs : Sоnnеt аstrоnоmiquе

Сhаlupt : Stéphаnе

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Ρоnсhоn : Lа Саgе

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Vоs riguеurs mе prеssаiеnt d’unе dоulеur si fоrtе...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur Αllégоriе : «Dеspоtiquе, pеsаnt, inсоlоrе, l’Été...» (Vеrlаinе)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Τаbас (Dеsfоrgеs-Μаillаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ν’ауеz plus, mеs аmis, n’ауеz plus сеttе еnviе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lеs аlguеs еntrоuvrаiеnt lеurs âprеs саssоlеttеs...» (Viviеn)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе