Philippe Fabre d’Églantine


L’Agréable Illusion

ROMANCE.
Année 1770.


Sous le rideau de cette nuit obscure,
J’étais livré dans les bras du repos ;
Un doux sommeil, réparant la nature,
Versait sur moi ses languissans pavots.
 
À ses côtés un agréable songe,
D’un vol paisible agitant sa vapeur,
Pour m’amuser enfantait un mensonge ;
De son haleine il caressait mon cœur.
 
Prés d’un ruisseau bordé de violette,
Il me semblait que j’errais lentement ;
Là, j’ai cru voir ma charmante ROSETTE,
Qui, sur des fleurs, dormait nonchalamment.
 
D’un souffle pur, les zéphyrs autour d’elle,
En voltigeant caressaient ses attraits ;
L’Amour content de la trouver si belle,
Dans ses beaux yeux puisait de nouveaux traits.
 
Sous un mouchoir, qu’un vent léger entrouvre,
Sa belle gorge enflant avec lenteur
Et s’unissant au beau feu qui la couvre,
Semblait dicter le trouble de son cœur.
 
Au même instant je la vois, je l’admire ;
Tout près de moi, le malin Dieu sourit ;
À son aspect, mon cœur tremble et soupire ;
Il me fait signe, et j’approche sans bruit.
 
Ce bel enfant vint me dire à l’oreille :
« Point de transport, parlons tout doucement ;
Ne troublons pas la beauté qui sommeille ;
Un tendre objet l’occupe en ce moment.
 
« Heureux mortel ! je te suis favorable ;
ROSETTE veut répondre à ton ardeur ;
Tu sais charmer cette brune adorable ;
Un songe heureux te retrace à son cœur. »
 
Tout transporté d’amour et d’allégresse,
Malgré le Dieu, je prends sa belle main :
Elle s’éveille ; et d’un air de tendresse,
Me voit, soupire, et se rendort soudain.
 
N’écoutant plus que l’ardeur qui m’agite,
Sans respecter son paisible sommeil,
Pressant mon cœur sur le sien qui palpite,
Par mes transports je hâte son réveil.
 
D’un air touchant : « Cher ami, me dit-elle
Sans en rougir, je t’aime pour toujours ;
Puisse ton cœur, comme le mien fidèle,
Voir couronner ses vœux et ses amours. »
 
Alors, épris du transport le plus tendre ,
Je l’embrassai : son cœur pousse un soupir ;
Et ce baiser, qu’elle voulut me rendre,
En m’éveillant, termina le plaisir.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz