Franc-Nohain

Flûtes, 1898


Le soleil et les quatre jeunes filles


 
                Quatre jeunes filles.
Appartenant à d’excellentes familles
                          De la ville,
Se perdirent un soir — peut-être, à dire vrai,
              L’avaient-elles fait exprès —
          Bref, se perdirent dans la foule,
En sortant de l’église Saint-Philippe-du-Roule.
 
Six jeunes gens qui, eux, sortaient du régiment,
                        Probablement,
                Leur demandèrent poliment,
                Selon la mode parisienne,
                Si cela leur ferait plaisir
De venir avec eux dans un café se rafraîchir :
La chaleur, en effet, était diluvienne,
            — Moi, je veux bien que l’on m’emmène,
            Dit la première. — Et la seconde dit :
                              Moi aussi ! —-
La troisième ajouta : Si cela ne vous gêne,
            Ma foi ! ce n’est pas de refus !
            — Ah ! franchement, ni moi non plus,
            Conclut enfin la quatrième. —
Et les voilà partis, bras dessous, bras dessus :
      Tant il est vrai qu’en ce pays de France,
On a vivement fait de lier connaissance.
 
            Tous les dix entrent sans retard
Dans le premier café, et demandent un quart :
            (On désigne de cette manière
            Certaine quantité de bière) ;
            Mais les quarts n’étaient pas venus,
            Que tous dix étaient déjà bus.
            Le garçon en apporte d’autres,
            On lui en fait rapporter d’autres ;
            Et les quarts succèdent aux quarts,
            Et puis les demis aux demis ;
            Et l’horloge dit : — Moins le quart ! —
            Et l’horloge dit : — Et demie ! —
 
— Amis, l’heure a sonné d’aller boire autre part !
Messieurs, au bar ! Messieurs et Mesdames, au bar !
Cette bière, vraiment, avait trop de faux-cols :
            Allons les blanchir dans l’alcool !  
 
            Et, pris d’une soif nouvelle,
Les voilà, de nouveau, buvant comme des outres
                    Des boissons telles
                    Que des cocktails
            Au gin, et même au vermouth,
                            En outre.
 
Je vous laisse à songer dans quelle anxiété
Était plongée, pendant ce temps-là, la famille
            De nos quatre jeunes filles :
Père, mère, cousins, toute la parenté,
            Les cherchaient de tous les côtés,
            — Sans parler des sergents de ville ;
Mais ces derniers (soit dit tout bas à monsieur Blanc),
            Se bornaient à faire semblant,
Préférant, par tempérament, rester tranquilles.
La mère, cependant, avait eu la pensée
            De fouiller les Champs-Élysées ;
            Oh ! nuit tragiquement passée !...
Elle était là, n’en pouvant plus, tombant
                        De banc en banc, —
Quand, dans le demi-jour matinal, apparurent
                            Deux voitures,
            Ou de jeunes femmes, perchées
            Sur le siège du cocher,
Faisaient retentir l’air de leurs refrains gaulois.
            — Ces voix !... je reconnais ces voix !...-
Dit la mère, guidée par l’instinct maternel :
            C’étaient nos quatre péronnelles,
            Et vous devinez, n’est-ce pas,
                        Dans quel état !...
            La mère crie et les appelle ; —
Mais le soleil, dardant ses rayons d’or, soudain,
Sous les yeux consternés de leur mère éplorée,
            Les but ainsi que rosée du matin...
 
                Et tel fut l’étrange destin
                Des demoiselles évaporées.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Βiеn quе lеs сhаmps, lеs flеuvеs еt lеs liеuх...» (Rоnsаrd)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе