Franc-Nohain

Flûtes, 1898


Le soleil et les quatre jeunes filles


 
                Quatre jeunes filles.
Appartenant à d’excellentes familles
                          De la ville,
Se perdirent un soir — peut-être, à dire vrai,
              L’avaient-elles fait exprès —
          Bref, se perdirent dans la foule,
En sortant de l’église Saint-Philippe-du-Roule.
 
Six jeunes gens qui, eux, sortaient du régiment,
                        Probablement,
                Leur demandèrent poliment,
                Selon la mode parisienne,
                Si cela leur ferait plaisir
De venir avec eux dans un café se rafraîchir :
La chaleur, en effet, était diluvienne,
            — Moi, je veux bien que l’on m’emmène,
            Dit la première. — Et la seconde dit :
                              Moi aussi ! —-
La troisième ajouta : Si cela ne vous gêne,
            Ma foi ! ce n’est pas de refus !
            — Ah ! franchement, ni moi non plus,
            Conclut enfin la quatrième. —
Et les voilà partis, bras dessous, bras dessus :
      Tant il est vrai qu’en ce pays de France,
On a vivement fait de lier connaissance.
 
            Tous les dix entrent sans retard
Dans le premier café, et demandent un quart :
            (On désigne de cette manière
            Certaine quantité de bière) ;
            Mais les quarts n’étaient pas venus,
            Que tous dix étaient déjà bus.
            Le garçon en apporte d’autres,
            On lui en fait rapporter d’autres ;
            Et les quarts succèdent aux quarts,
            Et puis les demis aux demis ;
            Et l’horloge dit : — Moins le quart ! —
            Et l’horloge dit : — Et demie ! —
 
— Amis, l’heure a sonné d’aller boire autre part !
Messieurs, au bar ! Messieurs et Mesdames, au bar !
Cette bière, vraiment, avait trop de faux-cols :
            Allons les blanchir dans l’alcool !  
 
            Et, pris d’une soif nouvelle,
Les voilà, de nouveau, buvant comme des outres
                    Des boissons telles
                    Que des cocktails
            Au gin, et même au vermouth,
                            En outre.
 
Je vous laisse à songer dans quelle anxiété
Était plongée, pendant ce temps-là, la famille
            De nos quatre jeunes filles :
Père, mère, cousins, toute la parenté,
            Les cherchaient de tous les côtés,
            — Sans parler des sergents de ville ;
Mais ces derniers (soit dit tout bas à monsieur Blanc),
            Se bornaient à faire semblant,
Préférant, par tempérament, rester tranquilles.
La mère, cependant, avait eu la pensée
            De fouiller les Champs-Élysées ;
            Oh ! nuit tragiquement passée !...
Elle était là, n’en pouvant plus, tombant
                        De banc en banc, —
Quand, dans le demi-jour matinal, apparurent
                            Deux voitures,
            Ou de jeunes femmes, perchées
            Sur le siège du cocher,
Faisaient retentir l’air de leurs refrains gaulois.
            — Ces voix !... je reconnais ces voix !...-
Dit la mère, guidée par l’instinct maternel :
            C’étaient nos quatre péronnelles,
            Et vous devinez, n’est-ce pas,
                        Dans quel état !...
            La mère crie et les appelle ; —
Mais le soleil, dardant ses rayons d’or, soudain,
Sous les yeux consternés de leur mère éplorée,
            Les but ainsi que rosée du matin...
 
                Et tel fut l’étrange destin
                Des demoiselles évaporées.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе