Franc-Nohain

Flûtes


Le Poisson rouge


 
Il semblait que, dans le bocal où on l’avait mis,
Le poisson rouge eût nettement compris
Combien sa situation était fausse :
Ah ! il n’avait pas l’air d’être à la noce,
Je vous le garantis.
 
On avait bien cherché à lui être agréable :
On avait orné le bocal avec du sable,
Et des petits coquillages rapportés exprès d’Houlgate,
Ce qui était, convenez-en, une attention délicate ;
 
Avait-on négligé d’élégantes rocailles ?
On avait ajouté des branches de corail,
Un baigneur en porcelaine, et un bateau  ;
On avait même essayé d’installer un jet d’eau,
Dans le genre, en plus petit,
De celui qui est à Versailles :
Il est vrai que l’on n’y avait pas réussi ;
 
Mais enfin, tout ce qu’on peut faire dans un bocal,
Tout ce qui est humainement possible,
On l’avait fait, — ce n’était pas déjà si mal,
Pour un poisson rouge qui, en définitive,
N’avait aucune raison de se montrer trop difficile.
 
Et pourtant, autour du petit baigneur en porcelaine,
Le poisson rouge tournait, tournait comme une âme en peine.
 
En le regardant avec persistance,
Je finis par m’apercevoir
D’un détail auquel je n’avais pas attaché d’importance
Et qui ne laissait pas cependant d’en avoir :
 
Le poisson rouge, — était-ce un rêve ? —
Remuait, remuait régulièrement les lèvres,
Les lèvres... ou enfin la bouche, les mâchoires,
Bref, vous appellerez ça comme vous voudrez
L’appeler,
Mais le fait patent, le fait certain, le fait notoire,
C’est que le poisson rouge semblait avoir à me parler.
 
Seulement voilà, — et souvenez-vous-en,
Jeunes gens,
Qui du Conservatoire affrontez l’examen, —
Malgré l’attention la plus scrupuleuse,
Même en le prenant dans ma main,
Pour le comprendre tous mes efforts restèrent vains :
 
Son articulation était trop défectueuse ;
 
Et comme, d’autre part, il ne pouvait l’écrire,
Je n’ai jamais su au juste ce qu’il voulait me dire.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 18 février 2013 à 16h13

J’ai rêvé que j’étais un très grand poisson rouge
Dans un bel aquarium, au restaurant chinois.
Je regardais, tranquille, aller, autour de moi,
La foule des dîneurs qui paisiblement bouge.

L’endroit était correct, ce n’était pas un bouge,
Les convives parlant un peu tous à la fois
Produisaient dans l’ensemble un bruit de bon aloi,
C’était à Gentilly, ou peut-être, à Montrouge.

Soudain je me sentis quelque peu angoissé
Et mes deux compagnons aussi étaient stressés,
Et ce sentiment fut difficile à combattre.

De la couleur d’un plat qu’on venait d’apporter,
Notre esprit eut du mal à se réconforter ;
Tous trois nous nous disions :
            « Mais quoi ? Nous étions quatre... »

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lе mаtin, dès mоn œil оuvеrt...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur «Lа сrаintе dе lа mоrt inсеssаmmеnt mе trоublе...» (Соignаrd)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе