Franc-Nohain

La Nouvelle Cuisinière bourgeoise


Bonnes


 
J’évoquerai d’abord ton image, ô servante,
Vieille servante du bon vieux temps,
Qui restais dans les familles, des trente ans,
Trente ans, et jusqu’à des quarante !  £x
 
Tu nous avais vus tout petits,
(Ton dévoûment quand nous eûmes la scarlatine !...)
Nuit et jour, près de notre lit,
La blancheur de ta coiffe berrichonne ou poitevine ;
 
Et quand la faillite ennemie
Menaçait le commerce, hélas ! de tes bons maîtres,
Si simplement tu te plaisais à leur remettre
Tes petites économies...
 
 
 

a) Adèle.


 
La saleté de notre bonne Adèle
Dépassa de très loin les limites normales :
Je doute assurément qu’on puisse être aussi sale ;
On ne peut, en tout cas, l’avoir été plus qu’elle ;
 
Au demeurant, pas méchante fille,
Sa saleté était de tout repos, tranquille :
Lui montrait-on des toiles d’araignée,
Avec un franc et large rire,
Adèle se bornait à dire,
Pas le moins du monde étonnée :
— Araignée de midi, plaisir !...
 
Et quand elle apportait des verres encor gras,
Elle vous répondait si calme,
Ne pouvant comprendre le blâme :
— Mais ne vous frappez donc pas,
Monsieur, madame,
C’est sans doute un petit reste de malaga... —   £
 
La saleté de notre bonne Adèle
Dépassa de très loin les bornes naturelles.
 
Quand la bonne Adèle partit,
Tant de choses que, sous les lits,
On découvrit,
Sous le buffet, sous les armoires,
Que, dans un but du reste méritoire,
Tout ce qui n’est pas bon à voir,
Elle poussait d’un balai furtif ou bien du pied, —
Et même un vieux vésicatoire...
 
La seule fois où elle épousseta, plumeau fantasque,
Elle creva un tambour de Basque,
Et émietta notre petit berger en saxe...
 
Et, pourtant, Adèle avait bien ses qualités.
 
 
 

b) Félicité.


 
Félicité fut une fille de débauche :
Les garçons épiciers, les garçons charcutiers,
Bref, tous les garçons du quartier,
Bien avant nous en surent quelque chose :
Félicité fut une fille de débauche.
 
Comme le charbonnier restait longtemps à la cuisine
Quand il apportait le charbon !
Comme c’était long, comme c’était long
Pour que le petit marmiton
Reprît simplement sa terrine...    £

Ah ! coquette Félicité : à telle enseigne
Que, pour fêter Amour, et ses jeux, et ses ris,
Plus d’une fois on la surprit
Mettant notre poudre de riz,
Se coiffant avec notre peigne...
 
Mais, avec nous ne voulant demeurer en reste,
Au sixième, elle répandait le bruit, par politesse,
Qu’elle était ma folle maîtresse.
 
Félicité, d’ailleurs, avait ses qualités.
 
 
 

c) Victoire.


 
Victoire avait le vin triste, et l’alcool aussi,
En dépit
De son nom claironnant : Victoire ! —
(Avec de galants caporaux
Aller sabler des champoreaux !...) —
C’est seule qu’elle aimait à boire.
 
Le concierge et son vulnéraire
N’arrivaient à la satisfaire ;
Sans doute, elle buvait bien, puisqu’il le faut,
De ci, de là, un peu de mon triple-zéro,
Ou finissait les vieux fonds de bordeaux,
Voire même l’eau
De Botot, —
Mais simplement pour se maintenir en haleine.
 
Ce qu’il fallait, c’était, un bel après-midi,
Une bouteille de trois-six,    £x
Qu’elle absorberait toute pleine ;
Et, quand la bouteille était vide,
Victoire avait alors des idées de suicide
Ou l’étrange tentation
De mettre le feu à la maison...
 
Et, cependant, Victoire avait ses qualités.
 
 
 

Moralité.


 
Nous avons eu déjà sept bonnes en dix mois,
Nous en sommes à huit, — et bientôt neuf, je crois.
À dix, nous ferons une croix.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De Lа Μusérаntе sur «Ν’еst-се pаs еn vоtrе présеnсе...» (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lа Соnquе (Hеrеdiа)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе