Max Elskamp

Sous les tentes de l’exil, 1921


In Memoriam


 
En ce pays, en ce pays,
Mon Dieu, où nous avons langui,
 
Mon Dieu, où nous avons souffert
Même du ciel et de la mer,
 
En ce pays qui nous fut long
D’attente morne et d’abandon
 
Au jour le jour, dans des saisons,
Et puis des mois, et puis des ans ;
 
En ce pays qui nous a pris
Pleins d’amertume et de soucis,
 
Aigris de haines et de doutes
Et pieds tout saignants de la route,
 
Chargés de deuil, vêtus de larmes,
Yeux lovés comme sous un charme,
 
Et bouche amère, oreilles sourdes,
Gros le cœur et l’âme si lourde ;
 
En ce pays qui nous fut lent
D’accueil, de visage et d’accent,
 
Et mauve et gris comme une automne
Au monde loin parmi les hommes ;
 
En ce pays très étranger
Où nous n’avons pas su aimer
 
Et qui, par règle ou défiance,
Si tôt en nous s’est fait silence ;
 
En ce pays qui nous fut froid,
Du pain qu’on mange à l’eau qu’on boit,
 
Et pour les yeux, et pour l’ouïe,
Morose et de mélancolie :
 
Jour indécis, ciel protestant,
Nos yeux, l’aurez-vous vu souvent,
 
Et voix des eaux dans l’air perdues,
Vous, nos oreilles, entendues !
 
En ce pays trop de la mer,
Où nos cœurs ne se sont ouverts,
 
Où durs, et secrets, et fermés,
Nous avons plus haï qu’aimé,
 
En ce pays trop de marchands
Où nous n’avons pas acheté,
 
En ce pays de prédicants
Que nous avons mal écoutés,
 
En ce pays, las ! où nous fûmes,
En ce pays où nous vécûmes,
 
Âmes lasses, désabusées,
Portant comme croix nos pensées ;
 
Mon Dieu des jours noirs de la vie,
Mon Dieu des souffrances subies,
 
En ce pays, en ce pays,
Ainsi où nous avons langui,
 
Les partageant jusqu’à la chair,
Nos blessures et nos misères,
 
C’est le monde, qui a changé,
Le paradis qu’on a gagné :
 
On a vécu comme des frères
Pendant les mois de cette guerre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Τаnt quе l’оisеаu dе Jupitеr vоlа...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе