Max Elskamp

Sous les tentes de l’exil, 1921



Hôpital ici où l’on va
Quand elle vient, la maladie,
Suivant le temps ou bien la vie ;
 
Hôpital ici où l’on va
Soigner la plaie en soi qu’on a ;
Lits blancs et jardin de lilas,
 
Tout est si clair, même les pierres,
Que l’on dirait neige d’hiver
D’hier ou d’aujourdhui tombée,
 
Tout est si blanc que l’on dirait
Que c’est pour la communier
Qu’on vient ici porter sa chair.
 
Mais lit alors où l’on s’étend,
Et dont étonne la mollesse,
Après nuits sur le sable blanc ;
 
Silence aussi et qui surprend
Du monde tu, et puis caresse
Du duvet moelleux où l’on fond,
 
Et corridors eux qui s’en vont
De marbre dallés et tacites
Avec des bancs pour ornement,
 
C’est à paresse qui l’invite,
Douleur ici qui se détend
Et, repos, chair qui se défend.
 
Or, venues lors diaconesses,
À cheveux qu’on devine blonds
Sous le bandeau roulés en tresses,
 
Yeux bleus et mains comme caresses,
Sur le mal qu’on a, à doigts longs,
Poser onguents, linges, compresses,
 
Pansement, douceur qu’on en a
Front que l’on voit penché sur soi
Et voix tendres comme les doigts,
 
Plaie alors qu’on sent qui s’en va,
Réconfort qui vous fait docile,
Temps qui revient et d’évangile,
 
Mon Dieu qui nous aviez fait chair
Autrefois pour des jours plus doux,
Mon Dieu c’est nous dans nos misères,
 
Mon Dieu c’est ici encor nous,
Mais tout blancs et comme agneaux doux,
Et d’avoir souffert, plus en vous.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе