Max Elskamp

La Chanson de la rue Saint-Paul, 1922


              I             
À mon père


 
Mon Père Louis, Jean, François,
Avec vos prénoms de navires,
Mon Père mien, mon Père à moi,
Et dont les yeux couleur de myrrhe,
 
Disaient une âme vraie et sûre,
En sa douceur et sa bonté,
Où s’avérait noble droiture,
Et qui luisait comme un été,
 
Mon Père avec qui j’ai vécu
Et dans une ferveur amie,
Depuis l’enfance où j’étais nu,
Jusqu’en la vieillesse où je suis.
 
 
 

*


 
Mon Père, amour m’était en vous,
Que j’ai gardé toute ma vie,
Ainsi qu’une lumière luie
En moi, et qui vous disait tout ;
 
Mon père qui étiez ma foi
Toute de clarté souriante,
Dont la parole m’était loi
Consentie par mon âme aimante,
 
Mon Père doux à mes erreurs,
Et qui me pardonniez mes fautes,
Aux jours où trop souvent mon cœur
De sagesse n’était plus l’hôte,
 
Mon Père ainsi je vous ai su
Dans les heures comme elles viennent
Du ciel ou d’enfer descendues,
Apportant la joie ou la peine.
 
 
 

*


 
Or paix et qui était en vous
En l’amour du monde et des choses,
Alors que mon cœur un peu fou
Les voyait eux, parfois moins roses,
 
C’était vous lors qui m’apportiez
Foi en eux qui n’était en moi,
Lorsque si doux vous souriiez
À mes craintes ou mon émoi,
 
Et vous étiez alors mon Dieu,
Et qui me donniez en silence,
Et rien que par votre présence
Espoir en le bonheur qu’on veut.
 
Pour mieux accepter en l’attente
L’instant qui est, le jour qui vient,
Et sans que doute les démente
Croire aux joies dans les lendemains.
 
 
 

*


 
Ô mon Père, vous qui m’aimiez
Autant que je vous ai aimé,
Mon Père vous et qui saviez
Ce que je pensais ou rêvais,
 
Un jour où j’avais cru trouver
Celle qui eut orné ma vie,
À qui je m’étais tout donné,
Mais qui las ! ne m’a pas suivi,
 
Alors et comme je pleurais,
C’est vous si doux qui m’avez dit :
Rien n’est perdu et tout renaît
Il est plus haut des paradis,
 
Et c’est épreuve pour ta chair
Sans plus mais d’âme un autre jour,
Tu trouveras le vrai amour
Éternel comme est la lumière,
 
Et pars et va sur les navires
Pour oublier ici ta peine,
Puisque c’est ce que tu désires,
Et bien que ce soit chose vaine,
 
Va, mon fils, je suis avec toi,
Tu ne seras seul sous les voiles,
Va, pars et surtout garde foi,
Dans la vie et dans ton étoile.
 
 
 

*


 
Or des jours alors ont passé
De nuit, de brume ou d’or vêtus,
Et puis des mois et des années
Qu’ensemble nous avons vécus
 
Mon Père et moi d’heures sincères,
Où nous était de tous les jours
La vie ou douce, ou bien amère,
Ainsi qu’elle est et tour à tour,
 
Et puis en un matin d’avril
Les anges noirs eux, sont venus,
Et comme il tombait du grésil
Sur les arbres encore nus,
 
C’est vous mon Père bien aimé,
Qui m’avez dit adieu tout bas,
Vos yeux dans les miens comme entrés
Qui êtes mort entre mes bras.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе