Max Elskamp

La Chanson de la rue Saint-Paul, 1922


              III             
À Ma Sœur Marie


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez aussi quitté,
 
Comme souriait à la vie
Un dimanche d’après-dîné,
 
Alors qu’avril, lumière luie,
Telle d’un adventice été,
 
Et lilas branches refleuries
Chantaient dans l’air printemps qui naît,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez alors quitté.
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Qui souriiez triste à la vie,
 
Ma Sœur qui aviez trop rêvé
Aux grands ciels bleus du paradis
 
Et de ne l’avoir approché,
Gardiez en vous un cœur contrit,
 
Ma sœur parfois et qui riiez,
Mais plus souvent avez pleuré,
 
Ma sœur qui n’avez pas trouvé
Le bonheur que vous attendiez.
 
 
 

*


 
Ma sœur alors un peu déçue,
Qui avez su les jours de pluie,
 
Mais n’avez eu la part élue
Qui donne au cœur foi dans la vie,
 
Ma Sœur dont les yeux étaient gris,
C’était en eux votre âme luie,
 
Et comme un miroir sans secret,
Vous disant douce, sûre et vraie,
 
Dans une tendresse alanguie,
Où parlait tout bas le regret.
 
 
 

*


 
Ma Sœur souvent qui revenez
Dans les nuits qui nous font croyance,
 
Des rêves en soi que l’on fait,
Ma Sœur alors qui revenez,
 
Vous souvient-il de notre enfance
Là-bas dans la maison aimée,
 
Quand c’était vous en robe blanche
Et comme une vierge parée,
 
Qui les écoutiez, les dimanches,
À Saint-Paul, les heures sonner ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses que tant vous aimiez,
 
Quand au printemps, le soleil d’or
Dans notre jardin descendait,
 
Faisant clarté sur toutes choses
Après les grands hivers moroses
 
De brume, de vent et de froid,
Dont le fleuve disait l’émoi,
 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses lors que vous cueilliez ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Après, ce fut vous dans la vie,
 
Où les jours viennent, les jours passent,
Faisant cœur lourd ou l’âme lasse,
 
Quand le bonheur qu’on a rêvé
N’a pas été, las ! approché,
 
Et vous n’avez pu l’oublier,
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
 
Et d’avril une après-dîné,
Ma Sœur, vous nous avez quitté.
 
 
 

*


 
Ma Sœur à présent qui dormez,
Là-bas, à côté de mon père,
 
Au long des jours qu’ont les années
Dites de printemps ou d’hiver,
 
Ma Sœur là-bas qui m’attendez,
Dans la nuit noire de la terre,
 
Pour être un jour à vos côtés
Lorsque mon heure aura sonné,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur aimée,
Vous aussi qui avez souffert,
 
Ce sera nous lors comme avant
Réunis, mais dans le sommeil,
 
Et dans la paix que l’on attend
Après sa vie sous le soleil.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Épiphаniе

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Сrоs : Sоnnеt аstrоnоmiquе

Сhаlupt : Stéphаnе

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Ρоnсhоn : Lа Саgе

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

☆ ☆ ☆ ☆

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Vоs riguеurs mе prеssаiеnt d’unе dоulеur si fоrtе...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur Αllégоriе : «Dеspоtiquе, pеsаnt, inсоlоrе, l’Été...» (Vеrlаinе)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Τаbас (Dеsfоrgеs-Μаillаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ν’ауеz plus, mеs аmis, n’ауеz plus сеttе еnviе...» (Lа Βоétiе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lеs аlguеs еntrоuvrаiеnt lеurs âprеs саssоlеttеs...» (Viviеn)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе