Max Elskamp

La Chanson de la rue Saint-Paul, 1922


              III             
À Ma Sœur Marie


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez aussi quitté,
 
Comme souriait à la vie
Un dimanche d’après-dîné,
 
Alors qu’avril, lumière luie,
Telle d’un adventice été,
 
Et lilas branches refleuries
Chantaient dans l’air printemps qui naît,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Et qui m’avez alors quitté.
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Qui souriiez triste à la vie,
 
Ma Sœur qui aviez trop rêvé
Aux grands ciels bleus du paradis
 
Et de ne l’avoir approché,
Gardiez en vous un cœur contrit,
 
Ma sœur parfois et qui riiez,
Mais plus souvent avez pleuré,
 
Ma sœur qui n’avez pas trouvé
Le bonheur que vous attendiez.
 
 
 

*


 
Ma sœur alors un peu déçue,
Qui avez su les jours de pluie,
 
Mais n’avez eu la part élue
Qui donne au cœur foi dans la vie,
 
Ma Sœur dont les yeux étaient gris,
C’était en eux votre âme luie,
 
Et comme un miroir sans secret,
Vous disant douce, sûre et vraie,
 
Dans une tendresse alanguie,
Où parlait tout bas le regret.
 
 
 

*


 
Ma Sœur souvent qui revenez
Dans les nuits qui nous font croyance,
 
Des rêves en soi que l’on fait,
Ma Sœur alors qui revenez,
 
Vous souvient-il de notre enfance
Là-bas dans la maison aimée,
 
Quand c’était vous en robe blanche
Et comme une vierge parée,
 
Qui les écoutiez, les dimanches,
À Saint-Paul, les heures sonner ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses que tant vous aimiez,
 
Quand au printemps, le soleil d’or
Dans notre jardin descendait,
 
Faisant clarté sur toutes choses
Après les grands hivers moroses
 
De brume, de vent et de froid,
Dont le fleuve disait l’émoi,
 
Ma Sœur vous souvient-il encor
Des roses lors que vous cueilliez ?
 
 
 

*


 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
Après, ce fut vous dans la vie,
 
Où les jours viennent, les jours passent,
Faisant cœur lourd ou l’âme lasse,
 
Quand le bonheur qu’on a rêvé
N’a pas été, las ! approché,
 
Et vous n’avez pu l’oublier,
Ma Sœur Marie, Ma Sœur Marie,
 
Et d’avril une après-dîné,
Ma Sœur, vous nous avez quitté.
 
 
 

*


 
Ma Sœur à présent qui dormez,
Là-bas, à côté de mon père,
 
Au long des jours qu’ont les années
Dites de printemps ou d’hiver,
 
Ma Sœur là-bas qui m’attendez,
Dans la nuit noire de la terre,
 
Pour être un jour à vos côtés
Lorsque mon heure aura sonné,
 
Ma Sœur Marie, Ma Sœur aimée,
Vous aussi qui avez souffert,
 
Ce sera nous lors comme avant
Réunis, mais dans le sommeil,
 
Et dans la paix que l’on attend
Après sa vie sous le soleil.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе