Étienne Durand

Méditations, 1611



Sommeil, dont les destins ont enrichi le monde
Pour servir de relâche aux déplaisirs soufferts,
Si le galérien qui rame dessus l’onde
Peut reposer par toi dans les coups et les fers :
 
Si le pierreux peut bien d’une outrageuse sonde
Oublier par toi seul les sentiments divers :
Si le goutteux oublie une rage profonde,
À l’heure que tu peux glisser dedans ses nerfs :
 
Si l’artisan pénible en toi seul se délasse,
Si par toi la douleur d’un jour à l’autre passe,
Pourquoi suis-je tout seul sans toi dessous les Cieux ?
 
Pourquoi du bien commun n’ai-je point jouissance ?
Ha ! Sommeil, je t’entends, tu montre’ en ton silence
Que la mort, non pas toi, me doit fermer les yeux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 1er mai 2018 à 12h22

Oiseau à sonnets nocturnes
-------------------------------

Nocturne est son esprit, car nocturne est son monde ;
En recevant ce lot, il n’en a pas souffert.
S’il eût été poisson, il aurait aimé l’onde
Et sous forme d’aimant aurait chéri le fer.

Un coeur accommodant, si le destin le sonde,
Il le trouve rempli par des plaisirs divers ;
Puis, il le voit baigner dans une paix profonde,
Que ce soit sur la terre, en mer ou dans les airs.

Cet oiseau bienveillant chaque nuit se délasse ;
Il sait que dans ce monde un jour à l’autre passe,
Il le lit clairement dans l’horloge des cieux.

Il quitte son perchoir, il s’envole, il s’élance,
Il prend quelques rongeurs qu’il dévore en silence,
Le nocturne plaisir s’allume dans ses yeux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 2 mai 2018 à 11h46

À sa naissance il planait à 15000 et même un peu plus Étienne Durand !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 2 mai 2018 à 13h27

Des étoiles dans les yeux

L’enfant est à deux doigts d’atteindre l’autre monde,
Enfin c’est ce qu’il veut, assez il a souffert,
Ses vieux ne sont pas sur la même longueur d’onde,
Ils espèrent encore gagner le bras de fer.

Deux heures du matin, on lui pose une sonde,
Au milieu des machines aux offices divers,
Les réveils pour les soins quand la nuit est profonde,
À la longue finissent à taper sur ses nerfs.

Pendant que l’infirmière au salon se délasse,
Il ôte ses tuyaux et par la sortie passe,
Caressé par le vent, il contemple les cieux.

Jamais il n’a connu si grande jouissance,
Il aimerait toujours entendre ce silence,
Des larmes de bonheur lui remplissent les yeux.

https://misquette.wordpress.com/2018/05/02/des-etoiles-dans-les-yeux/

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Un pеu dе mеrdе еt dе frоmаgе...»

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz