Étienne Durand

Méditations, 1611


Stances


Quoi, vous aimeriez mieux voir envoler mon âme,
Que du moindre baiser soulager mes douleurs ?
Ô Dieux ! s’il est ainsi, que n’êtes-vous, Madame,
Aussi chiche envers moi d’attraits que de faveurs ?
 
Si votre cœur peut être à mes maux insensible,
Pourquoi sur votre bouche avez-vous tant d’appas ?
Pourquoi ne faites-vous qu’il puisse être possible
D’approcher ses beautés, et ne les baiser pas ?
 
D’un attrait si charmeur son corail nous attire,
Le son de sa parole est si délicieux,
Qu’il peut assujettir aux lois de votre empire
Les cœurs qui ne sont pas encor pris par vos yeux.
 
Quand de quelque discours vous commencez la trame,
Tout le monde se sent en soi-même troubler,
Et celui justement se peut dire sans âme,
Qu’il ne la perd s’il peut vous entendre parler.
 
Mais vous êtes cruelle en riant de nos larmes,
Et blâmant ce qu’Amour fait en nous peu à peu ;
Pour vous convaincre aussi je ne veux que vos charmes,
Et ne veux que vos yeux pour raison de mon feu.
 
Vous vous peinez en vain quand de raisons frivoles
Vous nommez un erreur le désir qui m’époint :
Mon mal n’est point un mal qu’on guarit de paroles,
Et vaine est la raison pour moi qui n’en ai point.
 
Ou s’il m’en reste encor, je l’entends ce me semble
Qui parle à mon esprit, et qui lui dit tout bas,
Que voyant les attraits de vos lèvres ensemble,
C’est être sans raison que ne les baiser pas.
 
Oui, je les veux baiser, ces lèvres homicides,
Qui savent contredire et l’amour et la foi ;
Assemblez-vous, désirs, venez être mes guides,
C’est pour vous que je peine aussi bien que pour moi.
 
Ç’a mauvaise, il le faut, je veux prendre ma grâce
Du lieu qui me condamne à la mort si souvent.
Ô bons Dieux ! qu’est-ce ci ? je ne suis plus que glace,
Au lieu que je n’étais que braise auparavant.
 
Ha ! c’est, je le sens bien, mon sang qui se retire
À mon cœur qui vient d’être atteint de nouveaux coups
Ou mon âme qui vient sur mes lèvres me dire
Qu’elle me veut quitter pour se donner à vous.
 
Mais je vois que vos yeux de peur que je ne meure
La forcent de rentrer pour la renflammer mieux :
Suis-je pas malheureux d’être en une même heure
Gelé par votre bouche, et brûlé par vos yeux ?
 
Suis-je pas malheureux de voir mes adversaires
Contracter une paix aux dépends de mon bien,
Et la glace et le feu de tout temps si contraires
S’accorder pour me perdre, et me réduire à rien ?
 
Au moins que l’un des deux emporte la victoire,
Et que je sois vaincu par l’un ou l’autre effort :
Si je meurs, ce sera changer avecques gloire
La douceur de la vie à l’honneur de la mort.
 
Mais si je meurs aussi pour vous croire trop belle,
Et pour trop estimer l’honneur de mon tourment,
Faites que ma mort soit une mort de Semelle,
Qui ne puisse venir que par embrassement.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Un pеu dе mеrdе еt dе frоmаgе...»

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz