Étienne Durand

Méditations, 1611


Stances


Laissez couler, mes yeux, laissez couler vos pleurs,
Donnez nouvelles eaux à leur source lassée.
Mon cœur, ouvrez la porte aux plus vives douleurs :
Ma sentence de mort vient d’être prononcée.
 
Cette belle qui tient mon esprit attaché
D’un lien qui me fait adorer mon servage,
Ose dire qu’aimer est commettre un péché,
Et qu’en la désirant j’ai commis un outrage.
 
Hélas ! si c’est pécher qu’aimer parfaitement,
Je suis d’un grand péché coupable en ma constance :
Mais je tiens à faveur d’en avoir châtiment,
Et crois que c’est péché d’en avoir repentance.
 
Je n’ai pu voir son œil sans en être enflammé,
Il m’a semblé trop doux pour y craindre un supplice :
Mais en me punissant pour l’avoir trop aimé,
La cause de mon mal l’accuse d’injustice.
 
Lors que cette beauté me rendit son sujet,
Ma raison prévut bien sa rigueur inconnue :
Mais je ne peux quitter un si plaisant objet,
Ni plaire à ma raison pour déplaire à ma vue.
 
Sans penser qu’elle dût avoir tant de rigueur,
Je perdis sans regret ma liberté pour elle :
Mais bien qu’elle ait changé, je n’aime encor mon cœur
Que pour lui voir aimer son humeur infidèle.
 
Sa cruauté se cache en de si doux appas,
Que mon âme s’y voit de raison dépourvue ;
Aussi pour en avoir il faut ne l’aimer pas ,
Et pour ne l’aimer pas il faut être sans vue.
 
Mon désir par lui-même est toujours assailli,
Et comme utile il prend le sujet délectable :
Mais si pour trop aimer mon désir a failli,
Je trouve ma créance encore plus coupable.
 
Ma créance a voulu que mon esprit suspens
Ne craignît point de banc sous un si doux Neptune :
Mais mon cœur qui pâtit sent bien à ses dépens
Qu’un bel œil étant bon c’est un coup de fortune.
 
Beauté dont les attraits sont si délicieux,
Et les effets si pleins de douleur et d’offense,
Ne vous suffit-il pas de tromper par vos yeux.
Sans nous tromper encor avec nôtre créance.
 
Vos yeux en leurs regards promettent que le temps
Doit de mille faiseurs bienheurer nos servages :
Mais ils ne sont enfin que chaleurs de printemps
Qu’on voit en moins de rien se tourner en orages.
 
Quel sujet avez-vous de vouloir chaque jour
D’un discours courroucé vous rendre si contraire ?
Est-ce pour nous montrer que blessant par amour
Vous savez encor mieux offenser par colère ?
 
Je ne le sais que trop, mauvaise, c’est assez,
Regardez par vos yeux les maux qu’ils ont su faire,
Ou bien accordez-moi la mort, si vous pensez
Que la mort de mon feu doive être le salaire.
 
Augmentez mes ardeurs, consommez peu à peu
Celui qui ne doit plus autre remède attendre :
Possible refusant du secours à mon feu
Que vos yeux verseront des larmes sur ma cendre.
 
Ou bien ne pouvant plaire, et ne pouvant mourir,
Au moins permettez-moi qu’en souffrant je soupire.
Mes brasiers sont trop grands pour les pouvoir couvrir,
Et malgré mon respect ma douleur les veut dire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Un pеu dе mеrdе еt dе frоmаgе...»

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе vеuх соmpаrеr tеs bеаutés à lа Lunе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz