Philippe Duplessis-Mornay



Barque, qui vas flottant sur les écueils du monde,
Qui vois l’air tout épris et les vents conjurés,
Le gouffre entrebaillé, les flots démesurés,
Sans ancre, sans abri, sans amarre et sans sonde ;
 
Barque, ne perds point cœur ! Qui doute que cette onde
Ne soit sujette aux vents ? Aux flots mal assurés,
Un esquif mi-brisé ? Mais les cieux azurés
Sont-ils pas sur les vents et sur la mer profonde ?
 
Au ciel ? Non ! qu’à la mer commande ton pilote !
Par lui vente le vent, par lui ce monde flotte,
Vente et flotte pour toi, pour te conduire au port.
 
Ton port, c’est l’Éternel, et tu t’en veux soustraire.
Veux-tu calme ou bon vent ? tu demandes ta mort ;
Pour surgir à ton port, il te faut vent contraire.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 14 mars 2018 à 12h17

Serpent d’azur et de mars
---------------------

Il ne s’arrête point aux écueils de ce monde ;
Les démons contre lui ont beau se conjurer,
Ils ont beau redoubler  d’efforts démesurés,
Indemne est son mental que jamais ils ne sondent.

Serpent, ne perds point coeur ! par les génies de l’onde
Ton salut, semble-t-il, est ce jour  assuré,
Car ils furent séduits par ton corps azuré,
Ainsi que ceux du vent et de la mer profonde.

Tu es un chevalier, tu n’es pas un ilote ;
Lorsque souffle le vent, et que ce monde flotte,
Ta sagesse toujours peut te conduire au port.

L’univers te séduit, tu ne t’en veux soustraire.
Serein devant la vie comme devant la mort,
Jamais ton bel esprit ne craint le vent contraire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 mai 2019 à 12h13

Lièvre du Yin et lièvre du Yang
---------------------------

C’est le lièvre du Yin, le plus timide au monde,
Qui sous les projecteurs ne veut point figurer ;
Et de lui, l’on entend des propos mesurés,
Qui rigoureusement sur le bon sens se fondent.

C’est le lièvre du Yang à la verte faconde
Qui d’être le meilleur est toujours assuré ;
Il marche, triomphant, sous le ciel azuré,
Auprès de la montagne ou de la mer profonde.

Aucun de ces deux-là ne veut qu’on le dorlote ;
Mais chacun volontiers avec l’autre complote,
Prenant conseil, parfois, d’un vénérable porc.

Préférer l’un des deux, ce serait arbitraire,
De n’en aimer aucun, certes, l’on aurait tort ;
L’univers s’enrichit des deux lèvres contraires.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 27 mai 2019 à 18h11

’’des deux lèvres contraires.’’

C’est savoureux à entendre
Indécent à sous entendre

Surtout ne corrige pas cher __

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 20 février 2020 à 11h52

Dame Cabrette
------------

C’est la chèvre sans maître, elle vit loin du monde,
Elle est sur un blason digne de figurer ;
On ne lui connaît point d’orgueil démesuré,
Elle dont l’existence en modestie se fonde.

Ne cultivant jamais l’inutile faconde,
Elle tient cependant des propos assurés ;
Elle parle aux oiseaux, ceux du ciel azuré
Et ceux qui sont cachés dans la forêt profonde.

Elle a quelques enfants qu’elle soigne et dorlote,
Qui savent se tenir et jamais ne complotent,
Savourant les propos de leur cousin, le porc.

La chèvre, qui jamais ne fait rien d’arbitraire,
À nul autre animal ne veut causer de tort ;
Aucun de ses voisins ne lui sera contraire.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Αrbrеs (Viviеn)

De Jаdis sur Rоndе (Sаlmоn)

De Сосhоnfuсius sur Stèlе аu désir (Sеgаlеn)

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sur lеs Vеnts (Drеlinсоurt)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz