Louis Duchosal

Le rameau d’or


Thème connu


 
Ô ma pauvre mère, voici,
Sur le noir brancard du souci,
 
Votre enfant que l’on vous ramène
Sanglant de la bataille humaine.
 
Au combat il fut le premier ;
L’aigle planait à son cimier ;
 
Il semblait de sa claire épée,
Faire signe à quelque épopée,
 
Et toute plainte déchirait
Son cœur, maître d’un grand secret ;
 
Le mal, l’injustice, l’envie,
Gâtaient son rêve de la vie.
 
Pauvre mère, souvenez-vous :
Quand il dormait sur vos genoux,
 
Ou dans son berceau de dentelles,
Vous avez convoqué trop d’ailes.
 
Vous avez trop dit au soleil :
« Fais-toi plus beau pour son réveil
 
« Car il porte en sa tête blonde
Toute l’espérance du monde. »
 
Mère, vous aviez trop d’orgueil
Et j’en suis puni par le deuil.
 
Voici ma chair toute froissée,
Et, surtout, voici ma pensée
 
Où le vent, qui naît des tombeaux,
A soufflé sur tous les flambeaux.
 
Le cor qui chantait les victoires,
Les lambeaux des anciennes gloires
 
Et l’espérance du départ,
Y sont entassés au hasard.
 
Ô rythme bleu du berceau tendre !
Frais Ranz des Vaches, pour t’entendre,
 
Que reculerais-je à souffrir ?
Ô mère qui saviez guérir
 
D’un baiser l’enfant sans défense !
Comme aux jours de la blanche enfance,
 
Accueillez le pâle blessé
Avec les doux mots du passé ;
 
Couvrez-le de votre tendresse
Avec une même caresse ;
 
Et les rêves refleuriront,
Et vos lèvres effaceront
 
Sur ce front aux frissons d’apôtre
La trace du baiser des autres.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz