Gabriel Du Bois-Hus

La Nuit des nuits, le Jour des jours..., 1641


Le Jour des jours


 
[...]
          J’entends partout sur les rameaux,
          Je vois sur le bord des ruisseaux
          Nos Philomèles et nos Cygnes,
Oubliant les Chansons de leurs vieilles douleurs,
                En prendre de plus dignes,
Et de leurs doux accords faire rire les Fleurs.
 
          Le murmure des eaux plus doux
          Semble avoir perdu son courroux
          Pour prendre un accent de Musique,
Les Nuages musqués tombent dessus les champs,
                Et la troupe rustique
À l’ombre des ormeaux renouvelle ses chants.
 
          La cornemuse et les Hautbois
          Feraient quasi danser les bois,
          Tant l’allégresse est générale,
Et ce qu’Orphée a fait par ses belles Chansons,
                Cette Couche Royale
Le fait dans nos Vergers, nos Prés et nos Buissons.
 
          Les Vents les plus délicieux
          Parfument la Terre et les Cieux
          De la douceur de leur haleine,
Ils musquent les Œillets, les Roses et le Thym,
                Ils embaument la Plaine,
Et couronnent de Lys ce glorieux Matin.
 
          Ils vont sécher les habits verts
          Des prés que l’Aurore a couverts
          De ses plus précieuses larmes,
Et ne peuvent souffrir que la face des Fleurs
                En ce jour plein de charmes
Ait son éclat terni d’une espèce de pleurs.
 
          À voir le branle des Rameaux,
          Des Vents, des Herbes, des Roseaux,
          En ce temps de réjouissance,
Comme si les Bergers au son du Flageolet
                Leur donnaient la cadence,
On dirait que les Fleurs danseraient un Ballet.
 
          Les Échos que les belles Voix
          Réveillent au milieu des bois
          Se joignent à la compagnie.
Et les Oiseaux servant de vivants Violons
                Par leur douce harmonie,
Le Ris donne le bal aux Nymphes des Vallons.
 
          Les Zéphirs et les Cupidons
          Suivant l’accord de leurs fredons
          Font mille tours de gentillesse,
Les Jeux et les Ébats qui les suivent de près
                Bannissant la Tristesse
La vont emprisonner en un Bois de Cyprès.
 
          Le Plaisir aux yeux amoureux
          Pour rendre nos pays heureux
          A quitté les Îles des Songes,
Et les Prés enchantés du pays des Romans
                N’ont point vu de mensonges
Qu’il n’ait ici changés en vrais contentements.
 
          Quelques sources n’ont que du lait
          Qu’elles distillent à souhait
          Dans le sein aimable des Plaines,
Ce Miracle naissant par un pouvoir divin
                A changé les Fontaines
Dont les plus beaux Canaux ne roulent que du Vin.
 
[...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz