Gabriel Du Bois-Hus

La Nuit des nuits, le Jour des jours..., 1641


La Nuit des nuits


 
          Le jour, ce beau fils du Soleil,
          Dont le visage non pareil
          Donne le teint aux belles choses,
Prêt d’entrer en la mer, enlumine son bord
                De ses dernières roses,
Et ses premiers rayons vont lui marquer le port.
 
          Ce doux créateur des beautés,
          Roi des glorieuses clartés,
          Qui dessus nous sont répandues,
Nous donnant le bonsoir se cache dans les eaux,
                Et les ombres tendues
Avertissent le ciel d’allumer ses flambeaux.
 
          Les bois ne paraissent plus verts,
          La Nuit entrant dans l’univers
          Couvre le sommet des montagne
Déjà l’air orphelin arrose de ses pleurs
                La face des campagnes,
Et les larmes du soir tombent dessus les fleurs.
 
          Le monde change de couleurs,
          Une générale pâleur
          Efface la beauté des plaines,
Et les oiseaux surpris sur le bord des marais
                Courtisant les fontaines
Se vont mettre à couvert dans le sein des forêts.
 
          Quelques brins d’écarlate et d’or
          Paraissent attachés encor
          À quelques pièces de nuage ;
Des restes de rayons peignant tout à l’entour
                Le fond du paysage
Font un troisième temps qui n’est ni nuit ni jour.
 
          Les rougeurs qu’on voit dans les airs
          Jeter ces languissants éclairs
          Qui meurent dans les plis de l’onde,
Sont les hontes du jour fuyant le successeur
                Qui le chasse du monde,
L’astre des belles nuits que gouverne sa sœur.
 
          Le Silence vêtu de noir
          Retournant faire son devoir
          Vole sur la mer et la terre,
Et l’Océan joyeux de sa tranquillité
                Est un liquide verre
Où la face du Ciel imprime sa beauté.
 
          Le visage du firmament
          Descendu de cet élément
          Y fait voir sa figure peinte,
Les feux du Ciel sans peur nagent dedans la mer,
                Et les poissons sans crainte
Glissent parmi ces feux qui semblent les aimer.
 
          Dans le fond de ce grand miroir
          La nature se plaît à voir
          L’onde et la flamme si voisines,
Et les astres tombés en ces pays nouveaux,
                Salamandres marines,
Se baignent à plaisir dans le giron des eaux.
 
          L’illustre Déesse des mois
          Quittant son arc et son carquois,
          Descend avec eux dedans l’onde ;
Son croissant est sa barque, où, l’hameçon en main,
                Fait de sa tresse blonde,
Elle pêche à loisir les perles du Jourdain.
 
          Le ciel en ce soir bienheureux,
          S’habillant de ses plus beaux feux,
          Éclate plus qu’à l’ordinaire,
Et la nuit infidèle à son obscurité
                A sur notre hémisphère
Beaucoup moins de noirceur qu’elle n’a de clarté.
 
          Soleil, quitte-lui ta maison ;
          Celle qui vient sur l’horizon
          Est grosse du Dieu que j’adore ;
Les torches qu’elle allume en la place du jour,
                Plus belles que l’aurore,
Lui couronnent le front de lumières d’amour.
 
[...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz