Maurice Donnay

Contes, fantaisies, poésies, théâtre de Maurice Donnay, 1911


Orientale


 
Je suis venu, pâle étranger,
Dans la ville blanche d’Alger,
Mais j’eus tort de me déranger,
 
Les cigarettes parfumées,
Ni les pastilles consumées,
Ne m’ont embelli les almées.
 
Moukères aux amples falzards
Et pacotilles de bazars
Eurent le prévu des hasards.
 
Une vierge peinte à la fresque,
En pleine façade mauresque,
M’a donné le mal de mer — presque.
 
Ni les Arbis aux blancs burnous,
Qui ressemblent à des nounous
(Saint Fromentin, priez pour nous !),
 
Ni devant d’étranges chambrées,
Certaines postures cambrées
De Fatmas aux gorges ambrées
 
Ne me reflétèrent jamais
L’Orient conté que j’aimais,
Hélas ! et plus d’une fois, mes
 
Illusions s’en sont allées
Au vent des paroles parlées
Par d’aucunes femmes voilées.
 
Un matin, pour chasser l’ennui,
Sitôt que le soleil a lui,
Vers les champs je me suis enfui.
 
Les palmiers aux feuilles en lattes
Avaient, dans les campagnes plates
Perdu la mémoire des dattes.
 
En passant sous les bananiers,
Les bananes, maigres âniers,
Ne pleuvaient pas dans vos paniers.
 
Et j’ai dit alors à mon hôte :
« Ô Sidi, ta sagesse est haute,
Et pour sûr ce n’est pas ta faute ;
 
« Mais je ne vois pas les lions...
Or, j’entre en des rébellions ;
C’est les lions que nous voulions !
 
« Où donc est le désert aride ?
Où donc est le soleil torride
Et le ciel bleu que rien ne ride ?
 
« Où trouve-t-on ça, dis, Sidi ? »
Et, grave, le Sidi m’a dit :
« On trouve ça dans le Midi. »
 
Frère, par ta bouche vermeille,
Oui, c’est Allah qui me conseille :
Je vais retourner vers Marseille.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Snоwmаn sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе