Maurice Donnay


Les Vieux Messieurs


 
Plus laids que des prêtres bouddhistes,
Ils s’en vont suivant les modistes
Avec des airs astucieux,
              Les vieux Messieurs.
 
Cacochymes et rachitiques,
Ils s’en vont le long des boutiques,
Lorgnant les trottins vicieux,
              Les vieux Messieurs.
 
Sur le galbe exquis de leurs jambes,
Ils leur chantent des dithyrambes
Superlificoquentieux,
              Les vieux Messieurs.
 
Et les petites, dans ces rôles
D’amoureux, les trouvent rien drôles
Et pas du tout délicieux,
              Les vieux Messieurs.
 
Mais comme ils offrent des toilettes
Claires, soupers fins, des galettes
Folles, des bijoux précieux,
              Les vieux Messieurs,
 
Elles prêtent, d’un air modeste,
L’oreille et même tout le reste
De leur petit corps gracieux
              Aux vieux Messieurs.
 
Il faut beaucoup d’intelligence :
Ils sont d’une grande exigence,
Et surtout très minutieux,
              Les vieux Messieurs.
 
Ces bons vieillards aux faces blêmes
Veulent être aimés pour eux-mêmes ;
Ils sont vraiment ambitieux,
              Les vieux Messieurs.
 
D’autant que leur force amoindrie
Ne leur permet plus la série :
Les excès sont pernicieux
              Aux vieux Messieurs.
 
Au bois de lit cueillant la fraise,
Une fois, oui ; mais jamais treize,
Car ils sont superstitieux,
              Les vieux Messieurs !
 
Et si, dans les bras d’Eudoxie,
Ils meurent d’une apoplexie,
Dieu, vieux monsieur, reçoit aux cieux
              Les vieux Messieurs.
 
 

ENVOI


 
Roy des Églises cathédrales,
En somme, elles sont très morales,
Ces flèches que nous décochons
              Aux vieux... messieurs.
 

L’Esprit de Maurice Donnay, 1926

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе