Philippe Desportes



Épouvantable Nuit, qui tes cheveux noircis
Couvres du voile obscur des ténèbres humides
Et des antres sortant par tes couleurs livides,
De ce grand Univers les beautés obscurcis,
 
Las ! si tous les travaux par toi sont adoucis,
Au ciel, en terre, en l’air, sous les marbres liquides,
Or’ que dedans ton char le silence tu guides,
Un de tes cours entiers enchante mes soucis.
 
Je dirai que tu es du Ciel la fille aînée,
Que d’astres flamboyants ta tête est couronnée,
Que tu caches au sein les plaisirs gracieux
 
Des Amours et des jeux la ministre fidèle,
Des mortels le repos : bref tu seras si belle,
Que les plus luisants jours en seront envieux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 novembre 2015 à 11h30

Lune exotique
-----------------

La lune monte au ciel, alors qu’il est noirci,
Elle éclaire de haut la vaste plaine humide,
L’endroit marécageux où sont des fleurs livides,
Embellissant soudain l’univers obscurci.

Le monde par cet astre est vraiment adouci ;
Sa face, reflétée par l’étendue liquide,
Se montre au firmament, comme un sincère guide,
Grâce auquel les passants n’auront plus de souci.

De mille astres errants, elle est la soeur aînée,
Et du vaste cosmos, la reine couronnée,
Un plaisir pour le coeur, un régal pour les yeux.

La lune me plaît bien, car, en plus d’être belle,
Elle se montre aussi parfaitement fidèle
Et respecte le cours de l’horloge des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 mars 2017 à 13h36

Art pariétal
--------------

Le mur est très ancien, mais il n’est pas noirci ;
On n’y voit point de trous, ni de taches humides,
Ni de lierre grimpant,  ni de lichens livides,
C’est un mur rassurant, sous le ciel obscurci.

D’un portrait de sinople il se trouve adouci ;
C’est celui d’un seigneur de l’étendue liquide,
Lequel, pour tout navire, est un excellent guide
Grâce auquel les marins n’auront plus de souci.

Baleine en dit du bien, sa noble soeur aînée
Qui par Neptune fut autrefois couronnée,
Sirène l’apprécie et le couve des yeux.

Mais il aime une femme, incroyablement belle,
Qui, montrant son désir de lui rester fidèle,
Fit peindre cette image à la face des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 août 2018 à 15h24

Planète Triskell
-----------

La planète survit près d’un soleil noirci ;
On y voit des déserts et des zones humides,
Des primates malins,  des acariens livides
Et des sylphes dansant sous le ciel obscurci.

Vastes sont les étangs, l’air en est adouci ;
Les poissons parcourant ces étendues liquides
Aux plongeurs tout un jour peuvent servir de guides,
Le pourboire avec eux n’est jamais un souci.

La planète Triskell n’a pas de soeur aînée,
Reine de son système elle fut couronnée,
Par ses propres vivants : il est vrai qu’à leurs yeux

On ne trouvera pas une terre plus belle,
Ils ont le plus grand soin de lui rester fidèles
Et d’orner son image à la face des cieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 février 2024 à 11h47

Seigneur des prés humides
----------------------------------

Au long du jour je reste assis,
Car je suis un maître placide ;
Très rarement je me décide
À me poser ailleurs qu’ici.

Moi qui n’éprouve aucun souci,
Mon âme et mon coeur sont limpides ;
Mes jours ne sont pas insipides,
Je mange bien, je drague aussi.

La sagesse me fut donnée
Par un lutin chargé d’années,
C’était un brave petit vieux.

Le ciel est pur, la vie est belle,
Mes concubines sont fidèles ;
Chers amis, tout est pour le mieux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xi’an le 8 février 2024 à 13h17

Les ruisseaux ruissellent,
les oiseaux roucoulent :
bientôt c’est le
printemps, cool !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 8 février 2024 à 19h02

Trinité

Ma Guerrière où es-tu ce jour mon triste leurre ?
Ce vide indéfini que tu laisses où je suis
Blême devant l’écran je bois tant que je fuis
Nos âmes abandonnées avant que tout demeure

Nos destins emmêlés dans une ère meilleure
Notre complicité à nous trois l’usufruit
Ton chant qu’il était beau à présent s’est enfui  
As-tu puisé en moi et qui jamais ne meure    

La Fleur de tout ce mal du haut de ce beffroi ?
Bella ciao ma sœur plongeant dans la dérive
Du cloud au miroir dans l’infiniment froid  

Adieu à notre ego à nos serments en vain
Reviendra le printemps sans répit sans esquive
Quand nous irons tous trois par le même chemin  

Pour la Guerrière
Pour le chercheur de lumière
Et l’esprit . . de Celle ____06/11/2018

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

Μаllаrmé : «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...»

Lа Gеsséе : «Lе fеu brusquе, еt légеr, аuх Αstrеs s’асhеminе...»

Μаllеvillе : Lеs Sоuсis еt dеs Ρеnséеs

Lе Ρеtit : Sur mоn Βоrdеl dеs Μusеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Gibiеr divin (Lоuÿs)

De Jаdis sur Lе Vоlеur (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «L’étоilе dе Vénus si brillаntе еt si bеllе...» (Μаllеvillе)

De Jаdis sur Ρаrоlе dе Sосrаtе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur «L’Οmbrе аssоurdit lе fluх...» (Viviеn)

De Jаdis sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе