Paul Desforges-Maillard


Le Tabac


 

             
Ode


Des ennuis accablants, de la morne tristesse,
              Ô tabac, l’unique enchanteur !
Des plaisirs ingénus, de l’aimable allégresse,
              Ô tabac, la source et l’auteur !
 
Sans toi, tabac chéri, mon esprit est sans joie,
              Dans les chagrins il est plongé :
De leurs efforts fréquents il deviendrait la proie,
              S’il n’était par toi soulagé.
 
En diverses façons on connaît ton mérite ;
              Il est d’un prix toujours nouveau.
Tu fais à flots aisés s’écouler la pituite,
              Et tu dégages le cerveau.
 
L’esprit, quand au travail sa force est languissante,
              Par ta poudre est ressuscité.
Ton odeur évertue une âme croupissante
              Dans une molle oisiveté.
 
Le sang est étanché, la blessure est guérie,
              Quand on t’applique sur le mal ;
Dans leurs climats féconds, le Pérou, l’Assyrie
              N’ont point de baume au tien égal.
 
Tu joins presque toujours l’agréable à l’utile.
              Que j’aime, en ton étroit foyer,
Du bout d’un long tuyau mettre en cendre ma bile,
              Et dans les airs la renvoyer !
 
Aussitôt dans un cœur la tempête est calmée.
              Mon âme avec ravissement
S’occupe à voir sortir de la pipe allumée
              Un petit nuage fumant.
 
Tes charmants tourbillons dans la tête échauffée,
              Font glisser l’appât du repos ;
Et volant après toi, le docile Morphée
              Sème tes traces de pavots.
 
Cupidon, d’un fumeur, à ses chaînes honteuses
              N’attache guère le destin.
Tu n’as, divin tabac, dans tes fêtes joyeuses,
              D’autre compagnon que le vin.
 
La mourante vieillesse est par toi rajeunie
              Mieux que par les médicaments,
Ta vertu merveilleuse, en prolongeant la vie,
              Répare les tempéraments.
 
À ton propice aspect les vapeurs de la peste
              Cessent d’infecter les maisons :
Ton odeur salutaire est une odeur funeste
              À ses tristes exhalaisons.
 
Celui qui le premier nous apprit ton usage,
              Est digne du nectar des dieux :
À nos neveux transmis, son bienfait d’âge en âge
              Doit rendre son nom précieux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 22 juin 2024 à 15h39


... t’abat.
-----------

Infâme discoureur à l’âme pécheresse,
          Ô rimailleur blasphémateur,
Que viens-tu nous chanter les trompeuses promesses
          De ce tabac dévastateur ?

Ne saurais-tu donc point que le tabac foudroie
          Nos contemporains affligés
Et que l’éclat sournois du mégot qui rougeoie
          N’est qu’un mirage mensonger ?

Car l’immonde tabac cause la méningite,
          Il empoisonne le cerveau ;
Il fait fleurir la chtouille et les vers parasites
          Et pousser trois têtes aux veaux.

Il taraude à son gré la victime innocente
          Et se plaît à la tourmenter
Tandis que tu soutiens la réclame indécente
          Qui va lui ruiner la santé.

D’un doigt patibulaire, et malgré l’hystérie
          De tout le monde médical,
Tu lui montres, Maillard — triste plaisanterie —
          La direction de l’hôpital.

Là-bas,  tout enrobé de coton hydrophile,
          Blafard et mou comme un noyé,
Le bougre pleurera sa pratique imbécile :
          Il sera bien emmouscaillé.

Mais contre les effets        de l’abjecte fumée
          Il n’est pas de médicament ;
Il mourra, tel l’Indien Quiché ou le Pygmée
          Tout en invoquant sa maman.

Et, cerné par la foule en pleurs, catastrophée,
          Tel le berger par son troupeau,
Il lui réclamera une ultime bouffée :
          Ah c’est du beau, eh bien bravo !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Lе Ρеignе

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоirs d’ехil (Οsmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе