Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


Dormeuse


 
      Si l’enfant sommeille,
      Il verra l’abeille,
Quand elle aura fait son miel,
Danser entre terre et ciel.
 
      Si l’enfant repose,
      Un ange tout rose,
Que la nuit seule on peut voir,
Viendra lui dire : « Bonsoir. »
 
      Si l’enfant est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera.
 
      Si mon enfant m’aime,
      Dieu dira lui-même :
J’aime cet enfant qui dort ;
Qu’on lui porte un rêve d’or.
 
      Fermez ses paupières,
      Et sur ses prières,
De mes jardins pleins de fleur
Faites glisser les couleurs.
 
      Ourlez-lui des langes,
      Avec vos doigts d’anges,
Et laissez sur son chevet,
Pleuvoir votre blanc duvet.
 
      Mettez-lui des ailes
      Comme aux tourterelles,
Pour venir dans mon soleil,
Danser jusqu’à son réveil !
 
      Qu’il fasse un voyage,
      Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !
 
      Donnez-lui la chambre
      De perles et d’ambre,
Et qu’il partage en dormant,
Nos gâteaux de diamant !
 
      Brodez-lui des voiles,
      Avec mes étoiles,
Pour qu’il navigue en bateau,
Sur mon lac d’azur et d’eau !
 
      Que la lune éclaire,
      L’eau pour lui plus claire,
Et qu’il prenne au lac changeant,
Mes plus fins poissons d’argent !
 
      Mais je veux qu’il dorme,
      Et qu’il se conforme,
Au silence des oiseaux
Dans leurs maisons de roseaux !
 
      Car si l’enfant pleure,
      On entendra l’heure,
Tinter partout qu’un enfant,
A fait ce que Dieu défend !
 
      L’écho de la rue,
      Au bruit accourue,
Quand l’heure aura soupiré
Dira : L’enfant a pleuré !
 
      Et sa tendre mère,
      Dans sa nuit amère,
Pour son ingrat nourrisson,
Ne saura plus de chanson !
 
      S’il brame, s’il crie,
      Par l’aube en furie,
Ce cher agneau révolté,
Sera peut-être emporté !
 
      Un si petit être,
      Par le toit peut-être,
Tout en criant, s’en ira,
Et jamais ne reviendra !
 
      Qu’il rôde en ce monde,
      Sans qu’on lui réponde ;
Jamais l’enfant que je dis,
Ne verra mon paradis !
 
      Oui ! mais s’il est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеllеаu : «Dоuсе еt bеllе bоuсhеlеttе...»

Fiеfmеlin : «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...»

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Quеlquеfоis, аprès dеs ébаts pоlis...»

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Τаilhаdе : Сhоrègе

Dеspоrtеs : «Rесhеrсhе qui vоudrа lеs аppаrеnts hоnnеurs...»

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Hоmèrе аvаit un сhiеn. Hоmèrе, је suppоsе...» (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur D’unе dаmе јоuаnt du luth (Αuvrау)

De Jаdis sur «Un јоur је vis, dеbоut аu bоrd dеs flоts mоuvаnts...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lе mаrdi à lаudеs : «L’оisеаu vigilаnt nоus révеillе...» (Rасinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе