Marceline Desbordes-Valmore

Pauvres fleurs, 1839


Dormeuse


 
      Si l’enfant sommeille,
      Il verra l’abeille,
Quand elle aura fait son miel,
Danser entre terre et ciel.
 
      Si l’enfant repose,
      Un ange tout rose,
Que la nuit seule on peut voir,
Viendra lui dire : « Bonsoir. »
 
      Si l’enfant est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera.
 
      Si mon enfant m’aime,
      Dieu dira lui-même :
J’aime cet enfant qui dort ;
Qu’on lui porte un rêve d’or.
 
      Fermez ses paupières,
      Et sur ses prières,
De mes jardins pleins de fleur
Faites glisser les couleurs.
 
      Ourlez-lui des langes,
      Avec vos doigts d’anges,
Et laissez sur son chevet,
Pleuvoir votre blanc duvet.
 
      Mettez-lui des ailes
      Comme aux tourterelles,
Pour venir dans mon soleil,
Danser jusqu’à son réveil !
 
      Qu’il fasse un voyage,
      Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !
 
      Donnez-lui la chambre
      De perles et d’ambre,
Et qu’il partage en dormant,
Nos gâteaux de diamant !
 
      Brodez-lui des voiles,
      Avec mes étoiles,
Pour qu’il navigue en bateau,
Sur mon lac d’azur et d’eau !
 
      Que la lune éclaire,
      L’eau pour lui plus claire,
Et qu’il prenne au lac changeant,
Mes plus fins poissons d’argent !
 
      Mais je veux qu’il dorme,
      Et qu’il se conforme,
Au silence des oiseaux
Dans leurs maisons de roseaux !
 
      Car si l’enfant pleure,
      On entendra l’heure,
Tinter partout qu’un enfant,
A fait ce que Dieu défend !
 
      L’écho de la rue,
      Au bruit accourue,
Quand l’heure aura soupiré
Dira : L’enfant a pleuré !
 
      Et sa tendre mère,
      Dans sa nuit amère,
Pour son ingrat nourrisson,
Ne saura plus de chanson !
 
      S’il brame, s’il crie,
      Par l’aube en furie,
Ce cher agneau révolté,
Sera peut-être emporté !
 
      Un si petit être,
      Par le toit peut-être,
Tout en criant, s’en ira,
Et jamais ne reviendra !
 
      Qu’il rôde en ce monde,
      Sans qu’on lui réponde ;
Jamais l’enfant que je dis,
Ne verra mon paradis !
 
      Oui ! mais s’il est sage,
      Sur son doux visage,
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Οndinе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе