Paul Dermée

Spirales, 1917


Festin


 
Ils ont tant canonné le Ciel que le voilà criblé de trous
Il ne tardera pas à tomber
 
À tâtons dans les ténèbres
On se chasse  une lame aux dents
Des fous reniflent          l’haleine chaude
Où me cacher          dans quelle chapelle
 
              Chaque rencontre veut un mourant
Les bouchons sautent comme des cervelles
Et l’orgie est soûle de sang
 
Baisse-toi vite
                TROP TARD
                                  Mon fils a l’éternité des cadavres
            Le voilà beau comme un héros
 
Et ce carnage se poursuit depuis cent jours
 
            J’ai plongé ma main dans toutes les blessures
        Il y a tant de morts que j’en ai oublié le nombre
        Toutes les infirmières sont tombées à la peine
        Et il n’y a pas assez de bois au monde
              Pour leur faire à tous des bières
 
Au ciel des Îles Anthropophages
Dieu a mis la Croix du Sud
Pour tous les morts sans tombeau
 
Sans doute allons-nous voir naître bientôt
Quelque vaste constellation cruciale
Nos morts ne sont pas enterrés
 
Plus d’ennemis    Leurs bouches mordent la terre
Mes amis viennent...  avec une arme derrière le dos
Il faut bien vivre          allons
                                              Des cadavres nouveaux
 
La dernière fille agonise sur le corps du dernier poète
                                        Plus un appel sous les étoiles
 
Or il fallait que cela fût
 
Mais je ne veux pas qu’on voie jamais tout ce carnage
 
Je vais monter sur le toit de la grange
Pour boucher les trous du ciel avec mes doigts
 
ET LE PREMIER QUI S’APPROCHE
                                                      JE L’ABATS
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...»

Rоllinаt : Lа Ρrièrе du silеnсе

Ρеllеrin : L’Αutоbus ivrе

Vignу : Élоа, оu Lа Sœur dеs Αngеs

Νеlligаn : Сlаir dе lunе intеllесtuеl

Siсаud : Lе Сhеmin dе sаblе

Соrbièrе : Épitаphе

Rеvеrdу : Lеndеmаin

Rеvеrdу : Lа Viе durе

Rеvеrdу : Lа Сlосhе сœur

Klingsоr : Αu јоli јеu dеs fоurbеriеs

Gаutiеr : Ρréfасе

☆ ☆ ☆ ☆

Саrсо : Lаissеz-mоi

Νоuvеаu : Сru

Τоulеt : «Lе sаblе оù nоs pаs оnt сrié...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Εrrеmеnts

Frаnс-Νоhаin : Αllеgrо dеs Соаltаrs

Hеrеdiа : L’Épéе

Vеrlаinе : Dédiсасе

Сhаtеаubriаnd : Lе Μоntаgnаrd ехilé

Τоulеt : «Lеs Quаrаntе...»

Rimbаud : Vénus Αnаdуоmènе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrièrе du silеnсе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Сlаir dе lunе intеllесtuеl (Νеlligаn)

De Сосhоnfuсius sur Dе sоi-mêmе (Lа Gеsséе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Сurаrе- sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Villеrеу јеаn -pаul sur Détrеssе (Dеubеl)

De ΒооmеrаngΒS sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Hаikukа sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Суmеs sur Сhаnt dе Νоël (Νоël)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Сurаrе- sur Jоurnаlistе piеuх (Fréсhеttе)

De аunrуz sur Rêvеriе (Lаrguiеr)

De Сhristiаn sur Сrépusсulе dе dimаnсhе d’été (Lаfоrguе)

De Τhundеrbird sur Αgnus Dеi (Vеrlаinе)

De L’hеndéсаpé sуllаbis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...» (Αpоllinаirе)

De Ιо Kаnааn sur Jоуаu mémоriаl (Sеgаlеn)

De Lilith sur «Се fut un Vеndrеdi quе ј’аpеrçus lеs Diеuх...» (Νuуsеmеnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz