Charles Cros

Le Coffret de santal, 1873


Berceuse


 

Au comte de Trévelec.


Endormons-nous, petit chat noir.
Voici que j’ai mis l’éteignoir
        Sur la chandelle.
Tu vas penser à des oiseaux
Sous bois, à de félins museaux...
        Moi rêver d’Elle.
 
Nous n’avons pas pris de café,
Et, dans notre lit bien chauffé
        (Qui veille pleure.)
Nous dormirons, pattes dans bras.
Pendant que tu ronronneras,
        J’oublierai l’heure.
 
Sous tes yeux fins, appesantis,
Reluiront les oaristys
        De la gouttière.
Comme chaque nuit, je croirai
La voir, qui froide a déchiré
        Ma vie entière.
 
Et ton cauchemar sur les toits
Te dira l’horreur d’être trois
        Dans une idylle.
Je subirai les yeux railleurs
De son faux cousin, et ses pleurs
        De crocodile.
 
Si tu t’éveilles en sursaut
Griffé, mordu, tombant du haut
        Du toit, moi-même
Je mourrai sous le coup félon
D’une épée au bout du bras long
        Du fat qu’elle aime.
 
Puis, hors du lit, au matin gris,
Nous chercherons, toi, des souris
        Moi, des liquides
Qui nous fassent oublier tout,
Car, au fond, l’homme et le matou
        Sont bien stupides.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 27 novembre 2019 à 16h19


Et toi aussi, mon gros clébard,
Apporte-moi dans mon dortoir
       Ton écuelle,
Pleine à ras bord de chorizo,
De plat de côte avec les os,
       De mortadelle.

Viens sous les draps, on va briffer
Tous les deux, à s’en étouffer,
        – Avec du beurre –
Tous ces rogatons de veau gras,
De bœuf en daube, etcétéra :
       A la bonne heure !

Tous les deux, bien au chaud blottis,
On finira les spaghettis
       Et le gruyère,
Ne renonçant à dévorer
Qu’un court instant, pour nous curer
       Les prémolaires.

Et puis, après le gigot froid,
On s’offrira un bon caoua
       A domicile ;
On partagera la chaleur
Du lit, mon bon chien bambocheur,
       C’est bien utile.

Nous étant bien graissé les crocs
Et ayant poussé notre rot
       – Plaisir suprême –
Dans les effluves de graillon,
On piquera un roupillon,
       Pas de problème.

Au réveil, dans le matin gris,
Ma parole, aurais-tu maigri
       Déjà du bide ?
Ne gémis pas, mon gros toutou,
Il reste peut-être, après tout,
       Des arachides.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе