Charles Cros

Le Coffret de santal, 1873


Berceuse


 

Au comte de Trévelec.


Endormons-nous, petit chat noir.
Voici que j’ai mis l’éteignoir
        Sur la chandelle.
Tu vas penser à des oiseaux
Sous bois, à de félins museaux...
        Moi rêver d’Elle.
 
Nous n’avons pas pris de café,
Et, dans notre lit bien chauffé
        (Qui veille pleure.)
Nous dormirons, pattes dans bras.
Pendant que tu ronronneras,
        J’oublierai l’heure.
 
Sous tes yeux fins, appesantis,
Reluiront les oaristys
        De la gouttière.
Comme chaque nuit, je croirai
La voir, qui froide a déchiré
        Ma vie entière.
 
Et ton cauchemar sur les toits
Te dira l’horreur d’être trois
        Dans une idylle.
Je subirai les yeux railleurs
De son faux cousin, et ses pleurs
        De crocodile.
 
Si tu t’éveilles en sursaut
Griffé, mordu, tombant du haut
        Du toit, moi-même
Je mourrai sous le coup félon
D’une épée au bout du bras long
        Du fat qu’elle aime.
 
Puis, hors du lit, au matin gris,
Nous chercherons, toi, des souris
        Moi, des liquides
Qui nous fassent oublier tout,
Car, au fond, l’homme et le matou
        Sont bien stupides.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 27 novembre 2019 à 16h19


Et toi aussi, mon gros clébard,
Apporte-moi dans mon dortoir
       Ton écuelle,
Pleine à ras bord de chorizo,
De plat de côte avec les os,
       De mortadelle.

Viens sous les draps, on va briffer
Tous les deux, à s’en étouffer,
        – Avec du beurre –
Tous ces rogatons de veau gras,
De bœuf en daube, etcétéra :
       A la bonne heure !

Tous les deux, bien au chaud blottis,
On finira les spaghettis
       Et le gruyère,
Ne renonçant à dévorer
Qu’un court instant, pour nous curer
       Les prémolaires.

Et puis, après le gigot froid,
On s’offrira un bon caoua
       A domicile ;
On partagera la chaleur
Du lit, mon bon chien bambocheur,
       C’est bien utile.

Nous étant bien graissé les crocs
Et ayant poussé notre rot
       – Plaisir suprême –
Dans les effluves de graillon,
On piquera un roupillon,
       Pas de problème.

Au réveil, dans le matin gris,
Ma parole, aurais-tu maigri
       Déjà du bide ?
Ne gémis pas, mon gros toutou,
Il reste peut-être, après tout,
       Des arachides.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе