Charles Cros

Le Coffret de santal, 1873


Berceuse


 

Au comte de Trévelec.


Endormons-nous, petit chat noir.
Voici que j’ai mis l’éteignoir
        Sur la chandelle.
Tu vas penser à des oiseaux
Sous bois, à de félins museaux...
        Moi rêver d’Elle.
 
Nous n’avons pas pris de café,
Et, dans notre lit bien chauffé
        (Qui veille pleure.)
Nous dormirons, pattes dans bras.
Pendant que tu ronronneras,
        J’oublierai l’heure.
 
Sous tes yeux fins, appesantis,
Reluiront les oaristys
        De la gouttière.
Comme chaque nuit, je croirai
La voir, qui froide a déchiré
        Ma vie entière.
 
Et ton cauchemar sur les toits
Te dira l’horreur d’être trois
        Dans une idylle.
Je subirai les yeux railleurs
De son faux cousin, et ses pleurs
        De crocodile.
 
Si tu t’éveilles en sursaut
Griffé, mordu, tombant du haut
        Du toit, moi-même
Je mourrai sous le coup félon
D’une épée au bout du bras long
        Du fat qu’elle aime.
 
Puis, hors du lit, au matin gris,
Nous chercherons, toi, des souris
        Moi, des liquides
Qui nous fassent oublier tout,
Car, au fond, l’homme et le matou
        Sont bien stupides.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 27 novembre 2019 à 16h19


Et toi aussi, mon gros clébard,
Apporte-moi dans mon dortoir
       Ton écuelle,
Pleine à ras bord de chorizo,
De plat de côte avec les os,
       De mortadelle.

Viens sous les draps, on va briffer
Tous les deux, à s’en étouffer,
        – Avec du beurre –
Tous ces rogatons de veau gras,
De bœuf en daube, etcétéra :
       A la bonne heure !

Tous les deux, bien au chaud blottis,
On finira les spaghettis
       Et le gruyère,
Ne renonçant à dévorer
Qu’un court instant, pour nous curer
       Les prémolaires.

Et puis, après le gigot froid,
On s’offrira un bon caoua
       A domicile ;
On partagera la chaleur
Du lit, mon bon chien bambocheur,
       C’est bien utile.

Nous étant bien graissé les crocs
Et ayant poussé notre rot
       – Plaisir suprême –
Dans les effluves de graillon,
On piquera un roupillon,
       Pas de problème.

Au réveil, dans le matin gris,
Ma parole, aurais-tu maigri
       Déjà du bide ?
Ne gémis pas, mon gros toutou,
Il reste peut-être, après tout,
       Des arachides.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin pеrdu (Vаlérу)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе