Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Libertà


 

À la cellule IV BIS
(prison royale de Gênes)


                — Lasciate ogni... —
Dante


 
    Ô belle hospitalière
    Qui ne me connais pas,
    Vierge publique et fière
    Qui m’as ouvert les bras !...
    Rompant ma longue chaîne,
    L’eunuque m’a jeté
    Sur ton sein royal, Reine !...
    — Vanité, vanité ! —
 
    Comme la Vénus nue,
    D’un bain de lait de chaux
    Tu sors, blanche Inconnue,
    Fille des noirs cachots
    Où l’on pleure, d’usage...
    — Moi : jamais n’ai chanté
    Que pour toi, dans ta cage,
    Cage de la gaîté !
 
    La misère parée
    Est dans le grand égout ;
    Dépouillons la livrée
    Et la chemise et tout !
    Que tout mon baiser couvre
    Ta franche nudité...
    Vraie ou fausse, se rouvre
    Une virginité !
 
    — Plus ce ciel louche et rose
    Ni ce soleil d’enfer !...
    — Ta paupière mi-close
    Tes cils, barreaux de fer !
    Ta ceinture-dorée,
    De fer ! — Fidélité —
    Et ta couche encastrée
    Tombeau de volupté !
 
    À nos cœurs plus d’alarmes :
    Libres et bien à nous !...
    Sens planer les gendarmes,
    Pigeons du rendez-vous ;
    Et Cupidon-Cerbère
    À qui la sûreté
    De nos amours est chère...
    Quatre murs ! — Liberté !
 
    Ho ! l’Espérance folle
    — Ce crampon — est au clou.
    L’existence qui colle
    Est collée à l’écrou.
    Le souvenir qui hante
    À l’huys est resté ;
    L’huys n’a pas de fente...
    — Oh le carcan ôté ! —
 
    Laissons venir la Muse,
    Elle osera chanter ;
    Et, si le jeu t’amuse,
    Je veux te la prêter...
    Ton petit lit de sangle,
    Pour nous a rajouté
    Les trois bouts du triangle :
    Triple amour ! — Trinité !
 
    Plus d’huissiers aux mains sales !
    Ni mains de chers amis !
    Ni menottes banales !...
    — Mon nom est Quatre-Bis. —
    Hors la terrestre croûte,
    Désert mal habité,
    Loin des mortels je goûte
    Un peu d’éternité.
 
    — Prison, sûre conquête
    Où le poète est roi !
    Et boudoir plus qu’honnête
    Où le sage est chez soi,
    Cruche, au moins ingénue,
    Puits de la vérité !
    Vide, quand on l’a bue...
    — Vase de pureté ! —
 
    — Seule est ta solitude,
    Et béats tes ennuis
    Sans pose et sans étude...
    Plus de jours, plus de nuits !
    C’est tout le temps dimanche,
    Et le far-niente
    Dort pour moi sur la planche
    De l’idéalité...
 
    ... Jusqu’au jour de misère
    Où, condamné, je sors
    Seul, ramer ma galère...
    Là, n’importe où,... dehors,
    Laissant emprisonnée
    À perpétuité
    Cette fleur cloisonnée,
    Qui fut ma liberté...
 
    — Va : reprends, froide et dure,
    Pour le captif oison,
    Ton masque, ta figure
    De porte de prison...
    Que d’autres, basse race
    Dont le dos est voûté,
    Pour eux te trouvent basse,
    Altière déité !
 

Cellule 4 bis. — Genova-la-Superba.


______
Libertà. Ce mot se lit au fronton de la prison à Gênes.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе