Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


La pastorale de Conlie


 

             
par un mobilisé du Morbihan


Moral jeunes troupes excellent.
(Off.)


Qui nous avait levés dans le Mois-noir — Novembre —
        Et parqués comme des troupeaux
Pour laisser dans la boue, au Mois-plus-noir — Décembre —
        Des peaux de mouton et nos peaux !
 
Qui nous a lâchés là : vides, sans espérance,
        Sans un levain de désespoir !
Nous entre-regardant, comme cherchant la France...
        Comiques, fesant peur à voir !
 
— Soldats tant qu’on voudra !... soldat est donc un être
        Fait pour perdre le goût du pain ?...
Nous allions mendier ; on nous envoyait paître :
        Et... nous paissions à la fin !
 
— S’il vous plaît : Quelque chose à mettre dans nos bouches ?...
        — Héros et bêtes à moitié ! —
... Ou quelque chose là : du cœur ou des cartouches :
        — On nous a laissé la pitié !
 
L’aumône : on nous la fit — Qu’elle leur soit rendue
        À ces bienheureux uhlans soûls !
Qui venaient nous jeter une balle perdue...
        Et pour rire !... comme des sous.
 
On eût dit un radeau de naufragés. — Misère —
        Nous crevions devant l’horizon.
Nos yeux troubles restaient tendus vers une terre...
        Un cri nous montait : Trahison !
 
— Trahison... c’est la guerre ! On trouve à qui l’on crie !...
        — Nous : pas besoin... — Pourquoi trahis ?...
J’en ai vu parmi nous, sur la Terre-Patrie,
        Se mourir du mal-du-pays.
 
— Oh, qu’elle s’en allait morne, la douce vie !...
        Soupir qui sentait le remord
De ne pouvoir serrer sur sa lèvre une hostie,
        Entre ses dents la mâle-mort !...
 
— Un grand enfant nous vint, aidé par deux gendarmes,
        — Celui-là ne comprenait pas —
Tout barbouillé de vin, de sueur et de larmes,
        Avec un biniou sous son bras.
 
Il s’assit dans la neige en disant : Ça m’amuse
        De jouer mes airs ; laissez-moi. —
Et, le surlendemain, avec sa cornemuse,
        Nous l’avons enterré — Pourquoi !...
 
Pourquoi ? dites-leur donc ! Vous du Quatre-Septembre !
        À ces vingt mille croupissants !...
Citoyens-décréteurs de victoires en chambre,
        Tyrans forains impuissants !
 
— La parole est à vous — la parole est légère !...
        La Honte est fille... elle passa —
Ceux dont les pieds verdis sortent à fleur-de-terre
        Se taisent... — Trop vert pour vous, ça !
 
— Ha ! Bordeaux, n’est-ce pas, c’est une riche ville...
        Encore en France, n’est-ce pas ?...
Elle avait chaud partout votre garde mobile,
        Sous les balcons marquant le pas ?
 
La résurrection de nos boutons de guêtres
        Est loin pour vous faire songer ;
Et, vos noms, je les vois collés partout, ô Maîtres !...
        — La honte ne sait plus ronger. —
 
— Nos chefs... ils fesaient bien de se trouver malades !
        Armés en faux-turcs-espagnols
On en vit quelques-uns essayer des parades
        Avec la troupe des Guignols.
 
— Le moral : excellent — Ces rois avaient des reines,
        Parmi leurs sacs-de-nuit de cour...
À la botte vernie il faut robes à traînes ;
        La vaillance est sœur de l’amour.
 
— Assez ! — Plus n’en fallait de fanfare guerrière
        À nous, brutes garde-moutons,
Nous : ceux-là qui restaient simples, à leur manière,
        Soldats, catholiques, Bretons...
 
À ceux-là qui tombaient bayant à la bataille,
        Ramas de vermine sans nom,
Espérant le premier qui vint crier : Canaille !
        Au canon, la chair à canon !...
 
— Allons donc : l’abattoir ! — Bestiaux galeux qu’on rosse,
        On nous fournit aux Prussiens ;
Et, nous voyant rouler-plat sous les coups de crosse,
        Des Français aboyaient — Bons chiens !
 
Hallali ! ramenés ! — Les perdus... Dieu les compte, —
        Abreuvés de banals dédains ;
Poussés, traînant au pied la savate et la honte,
        Cracher sur nos foyers éteints !
 
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
— Va : toi qui n’es pas bue, ô fosse de Conlie !
        De nos jeunes sangs appauvris,
Qu’en voyant regermer tes blés gras, on oublie
        Nos os qui végétaient pourris,
 
La chair plaquée après nos blouses en guenilles
        — Fumier tout seul rassemblé...
— Ne mangez pas ce pain, mères et jeunes filles !
        L’ergot de mort est dans le blé.
 

             
1870.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе