Tristan Corbière


La Goutte


 
Sous un seul hunier — le dernier — à la cape,
Le navire était soûl ; l’eau sur nous faisait nappe.
— Aux pompes, faillis chiens ! — L’équipage fit — non. —
 
— Le hunier ! le hunier !...
                                            C’est un coup de canon,
Un grand froufrou de soie à travers la tourmente.
 
— Le hunier emporté ! — C’est la fin. Quelqu’un chante. —
— Tais-toi, Lascar ! — Tantôt. — Le hunier emporté !...
— Pare le foc, quelqu’un de bonne volonté !...
— Moi. — Toi, lascar ? — Je chantais ça, moi, capitaine.
— Va. — Non : la goutte avant ? — Non, après. — Pas la peine :
La grande tasse est là pour un coup... —
                                                                      Pour braver,
 
Quoi ! mourir pour mourir et ne rien sauver...
— Fais comme tu pourras : Coupe. Et gare à ta drisse.
— Merci —
                D’un bond du singe il saute, de la lisse,
Sur le beaupré noyé, dans les agrès pendants.
— Bravo ! —
                    Nous regardions, la mort entre les dents.
 
— Garçons, tous à la drisse ! à nous ! pare l’écoute !...
(Le coup de grâce enfin...) — Hisse ! barre au vent toute !
Hurrah ! nous abattons !... —
                                                  Et le foc déferlé
Redresse en un clin d’œil le navire acculé.
C’est le salut à nous qui bat dans cette loque
Fuyant devant le temps ! Encor paré la coque !
— Hurrah pour le lascar ! — Le lascar ?...
                                                                    — À la mer !
— Disparu ? — Disparu — Bon, ce n’est pas trop cher.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 
— Ouf ! c’est fait — Toi, Lascar ! — moi, Lascar, capitaine,
La lame m’a rincé de dessus la poulaine,
Le même coup de mer m’a ramené gratis...
Allons, mes poux n’auront pas besoin d’onguent-gris.
 
— Accoste, tout le monde ! Et toi, Lascar, écoute :
Nous te devons la vie... — Après ? — Pour ça ?... — La goutte !
Mais c’était pas pour ça, n’allez pas croire, au moins...
— Viens m’embrasser ! — Attrape à torcher les grouins.
J’suis pas beau, capitain’, mais, soit dit en famille,
Je vous ai fait plaisir plus qu’une belle fille ?...
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 
Le capitaine mit, ce jour, sur son rapport :
— Gros temps. Laissé porter. Rien de neuf à bord. —
 

                                           
À bord.

Les Amours jaunes, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе