Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Femme


 
                                        La Bête féroce
 
Lui — cet être faussé, mal aimé, mal souffert,
Mal haï — mauvais livre... et pire : il m’intéresse. —
S’il est vide après tout... Oh mon dieu, je le laisse,
        Comme un roman pauvre — entr’ouvert.
 
Cet homme est laid... — Et moi, ne suis-je donc pas belle,
        Et belle encore pour nous deux ! —
En suis-je donc enfin aux rêves de pucelle ?...
        — Je suis reine : Qu’il soit lépreux !
 
Où vais-je — femme ! — Après... suis-je donc pas légère
        Pour me relever d’un faux pas !
Est-ce donc Lui que j’aime ! — Eh non ! c’est son mystère...
        Celui que peut-être Il n’a pas.
 
Plus Il m’évite, et plus et plus Il me poursuit...
        Nous verrons ce dédain suprême.
Il est rare à croquer, celui-là qui me fuit !...
        Il me fuit — Eh bien non !... Pas même.
 
... Aurais-je ri pourtant ! si, comme un galant homme,
        Il avait allumé ses feux...
Comme Ève — femme aussi — qui n’aimait pas la Pomme,
        Je ne l’aime pas — et j’en veux ! —
 
C’est innocent. — Et lui ?... Si l’arme était chargée...
        — Et moi, j’aime les vilains jeux !
Et... l’on sait amuser, avec une dragée
        Haute, un animal ombrageux.
 
De quel droit ce regard, ce mauvais œil qui touche :
        Monsieur poserait le fatal ?
Je suis myope, il est vrai... Peut-être qu’il est louche ;
        Je l’ai vu si peu — mais si mal. —
 
... Et si je le laissais se draper en quenouille,
        Seul dans sa honteuse fierté !...
— Non. Je sens me ronger, comme ronge la rouille,
        Mon orgueil malade, irrité.
 
Allons donc ! c’est écrit — n’est-ce pas — dans ma tête,
        En pattes-de-mouche d’enfer ;
Écrit, sur cette page où — là — ma main s’arrête.
        — Main de femme et plume de fer. —
 
Oui ! — Baiser de Judas — Lui cracher à la bouche
        Cet amour ! — Il l’a mérité —
Lui dont la triste image est debout sur ma couche,
        Implacable de volupté.
 
Oh oui : coller ma langue à l’inerte sourire
        Qu’il porte là comme un faux pli !
Songe creux et malsain, repoussant... qui m’attire !
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
        — Une nuit blanche.... un jour sali...
 

                                                       
* * *

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

Μilоsz : «Sur mа guitаrе dоnt lеs ассоrds...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе