Tristan Corbière


Épitaphe


 

Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin la fin en sera que les amoureux et autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de la terre où l’on aura fini par ne distinguer plus où commence la fin d’où finit le commencement ce qui est toute fin de tout commencement égale à tout commencement de toute fin ce qui est le commencement final de l’infini défini par l’indéfini — Égale une épitaphe égale une préface et réciproquement.
(Sagesse des Nations)


 
Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse.
S’il vit, c’est par oubli ; voici ce qu’il se laisse :
 
— Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse. —
 
          Il ne naquit par aucun bout,
          Fut toujours poussé vent-de-bout,
          Et fut un arlequin-ragoût,
          Mélange adultère de tout.
 
          Du je-ne-sais-quoi. — Mais ne sachant où ;
          De l’or, — mais avec pas le sou ;
          Des nerfs, — sans nerf ; vigueur sans force ;
          De l’élan, — avec une entorse ;
          De l’âme, — et pas de violon ;
          De l’amour, — mais pire étalon.
          — Trop de noms pour avoir un nom. —
 
          Coureur d’idéal, — sans idée ;
          Rime riche, — et jamais rimée ;
          Sans avoir été, — revenu ;
          Se retrouvant partout perdu.
 
          Poète, en dépit de ses vers ;
          Artiste sans art, — à l’envers,
          Philosophe, — à tort à travers.
 
          Un drôle sérieux, — pas drôle.
          Acteur, il ne sut pas son rôle ;
          Peintre : il jouait de la musette ;
          Et musicien : de la palette.
 
          Une tête ! — mais pas de tête ;
          Trop fou pour savoir être bête ;
          Prenant pour un trait le mot très.
          — Ses vers faux furent ses seuls vrais.
 
          Oiseau rare — et de pacotille ;
          Très mâle... et quelquefois très fille ;
          Capable de tout, — bon à rien ;
          Gâchant bien le mal, mal le bien.
          Prodigue comme était l’enfant
          Du Testament, — sans testament.
          Brave, et souvent, par peur du plat,
          Mettant ses deux pieds dans le plat.
 
          Coloriste enragé, — mais blême ;
          Incompris... — surtout de lui-même ;
          Il pleura, chanta juste faux ;
          — Et fut un défaut sans défauts.
 
          Ne fut quelqu’un, ni quelque chose
          Son naturel était la pose.
          Pas poseur, — posant pour l’unique ;
          Trop naïf, étant trop cynique ;
          Ne croyant à rien, croyant tout.
          — Son goût était dans le dégoût.
 
          Trop crû, — parce qu’il fut trop cuit,
          Ressemblant à rien moins qu’à lui,
          Il s’amusa de son ennui,
          Jusqu’à s’en réveiller la nuit.
          Flâneur au large, — à la dérive,
          Épave qui jamais n’arrive....
 
          Trop Soi pour se pouvoir souffrir,
          L’esprit à sec et la tête ivre,
          Fini, mais ne sachant finir,
          Il mourut en s’attendant vivre
          Et vécut, s’attendant mourir.
 
          Ci-gît, — cœur sans cœur, mal planté,
          Trop réussi, — comme raté.
 

Les Amours jaunes, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Νuit dе nеigе

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Ρérin : Αubе

Hеrеdiа : Épiphаniе

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Сrоs : Sоnnеt аstrоnоmiquе

Сhаlupt : Stéphаnе

Vоiturе : «L’Αmоur sоus sа lоi...»

Rimbаud : «Αuх livrеs dе сhеvеt...»

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : Épitаphе.

Vеrlаinе : «Vоus êtеs саlmе, vоus vоulеz un vœu disсrеt...»

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оrgаnistе dе Νоtrе-Dаmе dе Νiсе

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrоis Βèguеs (Rоllinаt)

De Jаdis sur «Vоs riguеurs mе prеssаiеnt d’unе dоulеur si fоrtе...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur Αllégоriе : «Dеspоtiquе, pеsаnt, inсоlоrе, l’Été...» (Vеrlаinе)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Τаbас (Dеsfоrgеs-Μаillаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Ν’ауеz plus, mеs аmis, n’ауеz plus сеttе еnviе...» (Lа Βоétiе)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе