Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Épitaphe


 

Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin la fin en sera que les amoureux et autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de la terre où l’on aura fini par ne distinguer plus où commence la fin d’où finit le commencement ce qui est toute fin de tout commencement égale à tout commencement de toute fin ce qui est le commencement final de l’infini défini par l’indéfini — Égale une épitaphe égale une préface et réciproquement.
(Sagesse des Nations)


 
Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse.
S’il vit, c’est par oubli ; voici ce qu’il se laisse :
 
— Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse. —
 
          Il ne naquit par aucun bout,
          Fut toujours poussé vent-de-bout,
          Et fut un arlequin-ragoût,
          Mélange adultère de tout.
 
          Du je-ne-sais-quoi. — Mais ne sachant où ;
          De l’or, — mais avec pas le sou ;
          Des nerfs, — sans nerf ; vigueur sans force ;
          De l’élan, — avec une entorse ;
          De l’âme, — et pas de violon ;
          De l’amour, — mais pire étalon.
          — Trop de noms pour avoir un nom. —
 
          Coureur d’idéal, — sans idée ;
          Rime riche, — et jamais rimée ;
          Sans avoir été, — revenu ;
          Se retrouvant partout perdu.
 
          Poète, en dépit de ses vers ;
          Artiste sans art, — à l’envers,
          Philosophe, — à tort à travers.
 
          Un drôle sérieux, — pas drôle.
          Acteur, il ne sut pas son rôle ;
          Peintre : il jouait de la musette ;
          Et musicien : de la palette.
 
          Une tête ! — mais pas de tête ;
          Trop fou pour savoir être bête ;
          Prenant pour un trait le mot très.
          — Ses vers faux furent ses seuls vrais.
 
          Oiseau rare — et de pacotille ;
          Très mâle... et quelquefois très fille ;
          Capable de tout, — bon à rien ;
          Gâchant bien le mal, mal le bien.
          Prodigue comme était l’enfant
          Du Testament, — sans testament.
          Brave, et souvent, par peur du plat,
          Mettant ses deux pieds dans le plat.
 
          Coloriste enragé, — mais blême ;
          Incompris... — surtout de lui-même ;
          Il pleura, chanta juste faux ;
          — Et fut un défaut sans défauts.
 
          Ne fut quelqu’un, ni quelque chose
          Son naturel était la pose.
          Pas poseur, — posant pour l’unique ;
          Trop naïf, étant trop cynique ;
          Ne croyant à rien, croyant tout.
          — Son goût était dans le dégoût.
 
          Trop crû, — parce qu’il fut trop cuit,
          Ressemblant à rien moins qu’à lui,
          Il s’amusa de son ennui,
          Jusqu’à s’en réveiller la nuit.
          Flâneur au large, — à la dérive,
          Épave qui jamais n’arrive....
 
          Trop Soi pour se pouvoir souffrir,
          L’esprit à sec et la tête ivre,
          Fini, mais ne sachant finir,
          Il mourut en s’attendant vivre
          Et vécut, s’attendant mourir.
 
          Ci-gît, — cœur sans cœur, mal planté,
          Trop réussi, — comme raté.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе